www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Rectangle à coins arrondis: Le fort du Télégraphe ou fort Berwick et ses deux batteries annexes

Le fort du Télégraphe est bâti à l'extrémité d'une crête formant le col du même nom au dessus du village de St Michel-de-Maurienne à 1585 mètres d’altitude. Il domine la vallée d’Arc et la route qui mène à Briançon. Son rôle est de maîtriser la route venant du Galibier, battre la vallée de Valmenier, la vallée de l’Arc, la route et le chemin de fer en amont de St Michel et le chemin du col des encombres. Sinon, le cas échéant, il constitue le point d’appui de droite de la position du Pas du Roc.

Ce fort de montagne possède deux entrées pour amener les pièces sur les différents niveaux. Son armement est placé au dessus du casernement, il est renforcé par deux batteries annexes. L’une de ses batteries est reliée au fort par un plan incliné encore en place qui permettait de descendre les pièces et les munitions facilement .

Le fort pouvait communiquer depuis un poste optique avec celui du Sapey au dessus de Modane.

Le plan du fort

Dates de construction

Coût des travaux

 

Effectif 170 hommes

 

 

Capacité du magasin à poudre du fort

Capacité du magasin aux cartouches

Capacité de l’abri caverne de la batterie basse

Boulangerie                 

 

Puits et citernes

Pont des 2 entrées principales                                 

Projets de modernisations

· Pas de projet de modernisation

· Décembre 1887 - 1889 Construction d’un plan incliné reliant le fort à la batterie basse pour l’acheminement du matériel et des munitions

· 1889 - 1891 Renforcement de la totalité du casernement en maçonnerie.

· 1886 - 1889 Construction d’un abri caverne à la batterie basse

· 1910 Installation d’un réseau de queux de cochons autour de l’ouvrage

Modernisations

· 1884 - 1890

· Env 2 000 000 Fr or

 

·  4 officiers, 8 sous officiers et 158 soldats

· 1 Infirmerie

 

·  26 tonnes de poudre noire

·  263 062 cartouches

·  6 tonnes de poudre noire

·  1 four permanant de 150 rations, 1 four permanent de 50 rations aux baraquements et 1 four Lespinasse portatif de 180 rations.

·  2 citernes de 120 m3 et 11 m3.

·  2 ponts à levis à bascule en dessous

1913

1914

Zone de Texte: Pièces de rempart
du fort
Zone de Texte: Cuirassements et casemates
Zone de Texte: Défense des fossés
Zone de Texte: Nb de pièces
Zone de Texte: 16
Zone de Texte: 16

Armement du fort et cuirassements installés entre 1913 et 1914

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils ou à la mitrailleuse

Capacité du casernement bétonné en 1914

· 6 officiers

· 8 sous officiers

· 152 soldats

· Infanterie : 1 officier, 1 sous officier et 38 soldats

· Artillerie : 1 officier, 3 sous officiers et 71 soldats

· Génie : 12 soldats

· Télégraphiste : 6 soldats

· Infirmerie : 5 soldats

Effectif à la mobilisation en 1914 pour le fort

138 hommes

Zone de Texte: Batterie Sud


Batterie Basse

· Infanterie : 2 sous officiers et 44 soldats

· Artillerie : 1 officier, 4 sous officiers et 20 soldats

 

Effectif à la mobilisation en 1914 pour la batterie  basse 71 hommes

· Infanterie : 1 officier, 3 sous officiers et 37 soldats

· Artillerie : 3 sous officiers et 61 soldats

· Génie : 7 soldats

· Infirmerie : 3 soldats

Effectif à la mobilisation en 1914 pour les baraquements 115 hommes

En 1940, le fort était armé de quelques pièces de 155L et de 95, il ouvrit le feu à plusieurs reprises sur l’ennemi.

Il resta très longtemps un terrain militaire actif ce qui permis de le préserver. Aujourd’hui, il est en parfait état, il est géré par une association qui le fait visiter tous les mercredi des mois de Juillet et d’Août.