www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Le fort du Barbonnet ou fort du Suchet

Le fort du Barbonnet est un ouvrage avancé construit à 22 km à l’est de la place forte de Nice, à 847 mètres d’altitude, sur le sommet du Mont Barbonnet, près du village de Sospel.

Sa mission est d’empêcher une invasion de Nice, en surveillant la vallée de la Bévéra, le col de Castillon et les débouchés du col de Brauss. Il contrôle ainsi, la route de Coni et la voie ferrée Turin-Nice. 

Ce fort d’arrêt à massif central est le plus important des Alpes-Maritimes, car tant qu’il résistera, l’ennemi ne pourra aborder Nice au nord et à l’ouest qu’avec de petites pièces d’artillerie de Montagne.

C’est pourquoi, il reçoit dès sa construction, deux tourelles Mougin modèle 1876, armées  chacune de 2 canons de 155L.ce qui le rend, en 1887, l’un des 3 ouvrages les plus cuirassés de France.

L’armement du fort à la veille de la Grande guerre

 

Pièces de rempart du fort

1 canon de 155L en réserve approvisionné à 600 coups

10 canons de 95 approvisionnés à 500 coups/pièce

1 mortier de 32 approvisionné à 300 coups

6 mortiers de 15 approvisionnés à 300 coups/pièce

 

Cuirassements et casemates

2 tourelles Mougin renforcées armées chacune de 2 canons de 155L

approvisionnés à 600 coups/pièce.

 

Défense des fossés

Aux fusils depuis un bastionnet

2 caponnières doubles armées chacune de 2 canons revolver

approvisionnés à 1800 coups/pièce.

1 caponnière simple armée d’ 1 canon revolver

approvisionné à 1800 coups.

 

Total 27 pièces d’artillerie

 

Les différents éléments extérieurs à proximité du fort en 1914

 

Batteries d’artillerie

Batterie basse du Pic de Garuche, proche de Sainte-Agnès est une batterie d’artillerie de campagne non armée construite vers 1890-1907.

Batterie du Pic de Garuche, proche de Castillon est une batterie d’artillerie de campagne non armée construite vers 1890-1907.

Batterie de Dameigno, proche de Sainte-Agnès est une batterie d’artillerie de campagne non armée construite vers 1890-1907.

Batterie de Testa Sana, proche de Castillon est une batterie d’artillerie de campagne non armée construite vers 1890-1907.

Batterie de la Tête de Loup, entre Castillon et Peille est une batterie d’artillerie de campagne non armée construite vers 1890-1907.

Batterie de Segra, entre Castillon et Peille est une batterie d’artillerie de campagne non armée construite vers 1890-1907.

Batterie de la Gagarette, proche de Peille est une batterie d’artillerie de campagne non armée construite vers 1890-1907.

Batterie de l'Avellan, proche de Peille est une batterie d’artillerie de campagne non armée construite vers 1890-1907.

Batterie du Petit Ventabren près de Sospel est une batterie d’artillerie de campagne non armée construite vers 1890-1907. .

Batterie du Plan Constant proche de Sospel est une batterie d’artillerie de campagne non armée construite vers 1890-1907.

Batterie de la Tête de Lavina proche de Sospel est une batterie d’artillerie de campagne non armée construite vers 1890-1907.

 

Ouvrages d’infanterie

Poste défensif du col de Segra, près de Peille est un ouvrage destiné à la défense mobile construit vers 1890-1907.

Ouvrage du Mont-Ours près de Peille est un ouvrage destiné à la défense mobile construit vers 1898.

Poste de la Foissa près de Saint-Agnès est un ouvrage destiné à la défense mobile construit vers 1890-1907.

Ouvrage de Siricocca près de Saint-Agnès est un ouvrage destiné à la défense mobile construit vers 1890-1907.

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

Dépôts intermédiaires

Aucun

Magasins de secteur

Aucun

Projet de modernisation

 

Programme 1900

· Installation d’une tourelle galopin de 155L, de deux tourelles de 75 et d’une tourelle de mitrailleuses.

 

Projet daté de 1909

· Renforcement des tourelles Mougin, installation d’une tourelle de mitrailleuses, mise sous coupole du projecteur photo électrique et renforcement de la contre escarpe au saillant sud.

 

Programme 1912/14

· Installation d’une tourelle Galopin de 155R, d’une tourelle de projecteur, de trois tourelles de mitrailleuses, de quatre observatoires cuirassés et de six guérites blindées de rempart.

· Suppression des deux caponnières de tête pour les remplacer par des coffres de contrescarpe, installation d’un casernement bétonné et d’une usine électrique pour l‘éclairage et la ventilation du fort.

 

 

 

 

Modernisations

 

· 1886-1888 Installation de deux tourelles Mougin N° S et N°T appelées tourelle Jeanne d'Arc et tourelle Bayard. Elles sont remises au service de l’artillerie le 25 septembre et le 12 octobre 1888.

· 1891-1892 Construction d’un magasin sous roc d’une capacité de 54 tonnes de poudre noire.

· 1910-1914 Installation de quatre guérites blindées sur le parapet d’infanterie et renforcement de la caponnière sud.

· 1913-1914 et 1929-1934 Renforcement des  deux tourelles Mougin, les travaux seront stoppés à cause de la guerre. Ils reprendront pendant l’entre deux guerres lors de l’intégration de l’ouvrage dans le programme Maginot.

· 1914 Construction d’un observatoire bétonné pour diriger le tir des tourelles.

En 1914, le fort du Barbonnet est un ouvrage modernisé de première catégorie possédant des locaux protégés des nouveaux obus pour abriter les munitions. Il appartient à la 15 ème région et son armement principal est placé à l’air libre et sous cuirassements.

Equipement du fort en 1914

L’entrée du fort. © VAUBOURG Cédric

Détail des descentes de pluie.

©VAUBOURG Julie

La cour des casernements troupe du fort. © VAUBOURG Cédric

Le fort après la Grande Guerre

 

- Après la Première Guerre Mondiale, le fort occupé par des troupes qui stationnent dans le secteur est intégré au système de défense de la ligne Maginot, les travaux se poursuivent au niveau des tourelles et un ouvrage d’artillerie est construit de 1931 à 1935 en contrebas de l’entrée du fort.

- En juin 1940, pendant l’offensive italienne, un incident de tir se produira dans le bloc Maginot tuant deux soldats. La défense de l’ensemble sera alors confiée aux deux vieilles Mougin qui tireront près de 170 coups avec un grand succès sur les italiens sans être inquiétées par l’artillerie adverse.

- Pendant le second conflit mondial, le fort sera occupé par les Italiens puis par les allemands en 1943.

Après la guerre, le fort sera réarmé, les tubes des tourelles seront remplacés par ceux des deux dernières tourelles Mougin du Nord Est de la France, celle du fort de Frouard et celle du fort de Villey le Sec.

- En 1963, le fort du Barbonnet n’a plus aucun intérêt défensif, la tourelle Bayard est désarmée et ses tubes sont rendus au fort de Villey-le-Sec à des fins touristiques.

- Aujourd'hui, le fort du Barbonnet est toujours terrain militaire, il est visitable à la belle saison.

 

 

La tourelle Mougin Jeanne-d ’Arc en août 1940 © Famille SIMON

Armement du fort et cuirassements installés entre 1888 et 1913

Etat du fort pendant la Première Guerre Mondiale

 

Pendant la Première Guerre Mondiale, le fort est utilisé comme base arrière. II sera complètement désarmé fin 1915 de ses pièces de rempart et de ses munitions qui seront envoyées sur le front. Seules les tourelles et les caponnières resterons armées.

La boulangerie du fort

© Cédric VAUBOURG

L’intérieur d’une traverse abri. © VAUBOURG Cédric

La tourelle Mougin Bayard en août 1940 © Famille SIMON

La tourelle Mougin Jeanne d’Arc et ses deux canons de 155L. © VAUBOURG Cédric

L’intérieur de la tourelle Jeanne d’Arc. © VAUBOURG Cédric

L’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Cédric

Vue sur l’entrée du fort depuis la contre-escarpe.

Cliché VAUBOURG Cédric

A gauche le corps de garde extérieur. Cliché VAUBOURG Julie

La grille défensive à l’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Julie

Détail du cartouche au dessus de l’entrée

Cliché VAUBOURG Cédric

La porte blindée et la grille empêchant l’accès au fort.

Cliché VAUBOURG Julie

Le fossé de gorge où passe le chemin d’accès. Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

Détail de la grille défensive à l’entée du fort

Cliché VAUBOURG Cédric

Le pont à effacement latéral à l’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Cédric

Un créneaux de fusillade dans la caponnière de gorge à l’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Julie

La tourelle Mougin Jeanne-d ’Arc en août 1940 © Famille SIMON

Dates de construction

Coût des travaux en 1914

 

Effectif

· 1883 - 1886

· 2 305 800 Frs

 

· 365 hommes

Capacité du casernement à l’épreuve

Capacité des casernements en maçonnerie

Capacité du magasin à poudre

 

 

Capacité du magasin aux cartouches

 

 

· Aucun

· 365 places couchées

· 80 tonnes de poudre noire et un magasin sous roc de 54 tonnes

· Plusieurs magasins à munitions

Cuisine

Boulangerie

Puits et citernes

 

Pont de l’entrée principale

· 2 à 3 cuisinières de marque François Vaillant

· 1 four Lespinasse de deux fours de 180 rations.

· 1 citerne d’une contenance inconnue

· 1 pont à effacement latéral

Communication liaison optique

 

Communication télégraphe électrique

 

 

 

Eclairage en 1914

· Avec l’ouvrage du Mont-Ours.

· Avec Sospel, l’ouvrage du Mont-Ours et le quartier général du Gouverneur de la place de Nice grâce à un appareil microphone système Ader et un morse de campagne modèle 1907.

· Lampes à pétrole et à bougie pour l’intérieur du fort.

 

1888

1891

1913

Pièces de rempart de l’ouvrage

2 canons de 155L en réserve

10 canons de 95

1 mortier de 32

6 mortiers de 15

1 canon de 155L en réserve

10 canons de 95

1 mortier de 32

6 mortiers de 15

1 canon de 155L en réserve

2 canons de 120 court

10 canons de 95

4 canons de 80 de montagne

1 mortier de 32

6 mortiers de 15

Cuirassements et casemates

2 tourelles Mougin armées de 4 canons de 155L

2 tourelles Mougin renforcées

armées de 4 canons de 155L

4 guérites blindées

1 observatoire bétonné

Défense des fossés

5 canons revolver

Nb de pièces

28

27

33