La Chiuse de Bauma-Négra

La Chiuse de Bauma-Négra est construite à une cinquantaine de kilomètres au nord de la place forte de Nice, à 200 mètres d’altitude, dans la vallée de la Tinée, en arrière du fort du Picciarvet.

Sa mission est de fermer la vallée de la Tinée en barrant la nationale 205, pour empêcher une invasion ennemie par le nord de Nice. 

Cette fortification est directement creusée dans la falaise de la gorge. Elle se compose de deux parties reliées par un  pont  où  passe  la  nationale. La première partie construite en rive gauche de la Tinée possède une casemate à canon et un casernement caverne où l’on trouve des chambrées,  une télégraphie, une cuisine et différents magasins. La deuxième partie se trouve en rive droite et possède 3 casemates à canon et des magasins à munitions. Chaque entrée de la chiuse est protégée par une porte blindée, un corps de garde et un pont à effacement latéral qui coupe la nationale.

Seuls deux ouvrages de ce type seront construits dans le système Séré de Rivières pour fermer des vallées. Ces ouvrages appelés «chiuse» voulant dire «fermé» en Italien se trouvent tous les deux dans le département des Alpes-Maritimes. Le deuxième est la Chiuse de Saint-Jean de la Rivière.

L’armement de la Chiuse à la veille de la Grande guerre

 

 

Pièces de rempart de l’ouvrage

Pas de pièce de rempart, l’armement

pour la défense des abords se compose de fusils 

 

 

Cuirassements et casemates

4 casemates à tir direct armées de

2 canons de 80 de campagne et 2 canons revolver

 

Défense des fossés

Aucun

 

 

Total 4 pièces d’artillerie

 

Les différents éléments extérieurs à proximité de la Chiuse en 1914

 

 

Batteries d’artillerie

Aucune

 

Ouvrages d’infanterie

Aucun

 

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

 

Dépôts intermédiaires

Aucun

 

Magasins de secteur

Aucun

Projet de modernisation

 

· 1892 Etablir des cheminées d’aération au dessus des casemates.

 

 

Modernisations

 

· 1893 Amélioration de la ventilation des casemates

En 1914, la Chiuse de Bauma-Négra est un ouvrage modernisé de première catégorie possédant des locaux protégés des nouveaux obus pour abriter les munitions et les hommes. Il appartient à la 15 ème région et son armement principal se compose de fusils.

Equipement de la Chiuse en 1914

La Chiuse de Bauma-Négra en 1929

© Jean-Claude Morvan

L’arrière des chambrées du casernement à l’étage.

©VAUBOURG Julie

La façade du casernement de la Chiuse

© VAUBOURG Julie

La Chiuse après la Grande Guerre

 

Après la Première Guerre Mondiale, la Chuise restera occupée militairement jusqu’au Second Conflit Mondial puis elle tombera dans l’oubli.

Vue sur le pont franchissant la Tinée © VAUBOURG Cédric

Armement de l’ouvrage et cuirassements installés entre 1891 et 1913

Etat de la Chiuse pendant la Première Guerre Mondiale

 

Pendant la Première Guerre Mondiale, l’ouvrage est utilisé comme base arrière. Il n’aura pas à intervenir et sera désarmé en 1915.

Une casemate à canon et son magasin à munitions

© Cédric VAUBOURG

L’escalier de liaison avec les deux niveaux du casernement © Julie VAUBOURG

L’arrière des chambrées au rez-de-chaussée. © VAUBOURG Julie

L’accès aux casemates à canon du coté gauche de la Tinée. © VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Le mécanisme du barrage sous le pont de la redoute. 

Cliché VAUBOURG Julie

Le casernement de la Chiuse. Cliché VAUBOURG Julie

Détail de la façade du casernement

Cliché VAUBOURG Julie

La façade du casernement.

Cliché VAUBOURG Julie

Dates de construction

Coût des travaux en 1914

 

Effectif 78 hommes

· 1884 - 1887

· 175 000 Frs

 

· 2 officiers, 8 sous-officiers

· 62 hommes de troupe

Capacité du casernement à l’épreuve

Capacité des casernements en maçonnerie

Capacité du magasin à poudre

 

Capacité du magasin aux cartouches

 

 

· 78 places couchées

· Aucun

· Aucun

· Plusieurs magasins à munitions

Cuisine

Boulangerie

Puits et citernes

 

Pont de l’entrée principale

· 1 cuisinière de marque François Vaillant

· 1 four Lespinasse portatif de 180 rations.

· 1 réserve de 5000 litres avec une autonomie de 16 jours

· 2 ponts à effacement latéral

Communication liaison optique

 

Communication télégraphe électrique

 

 

Eclairage en 1914

· Pas de liaison optique

·  Avec le fort du Picciarvet à partir de septembre 1890 et avec les autres ouvrages de l’avancée et la place de Nice

· Lampes à pétrole et à bougie pour l’intérieur de l’ouvrage.

 

1891

1913

Pièces de rempart de l’ouvrage

Pas de pièce de rempart, l’armement pour la défense des abords se compose de fusils 

Cuirassements et casemates

4 casemates à tir direct armées de

2 canons de 12 culasse et 2 canons revolver

4 casemates à tir direct armées de

2 canons de 80 de campagne et 2 canons revolver

Défense des fossés

Pas de fossés

Nb de pièces

4

4