www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Rectangle à coins arrondis: La Chiuse de Bauma-Négra

La Chiuse de Bauma Négra se situe à une soixantaine de kilomètres au Nord de Nice à 200 mètres d’altitude. Son casernement et ses casemates d’artillerie sont creusées dans la roche dans des flancs de la gorge de la Tinée. Ses deux entrées sont protégées par une porte blindée et par un pont à effacement latéral. Le rôle de la chiuse est d’interdire la vallée de la Tinée à un ennemi qui aurait réussi à franchir la défense du fort du Pic Charvet. Ce qui empêche l’invasion de Nice par le Nord.

Le plan du fort

Dates de construction

 

Effectif en 1890 58 hommes

 

Capacité du magasin à poudre du fort

Capacité du magasin aux cartouches

 

Boulangerie                 

Puits et citernes

Pont des 2 entrées principales 

Communication liaison optique avec

Communication télégraphe électrique                             

Projets de modernisations

· 1892 Etablir des cheminées d’aération au dessus des casemates.

· 1893 Projet de remplacement des canons de 12 culasse et des canons de 5 suite à des expériences en 1892 par des canons revolver à cause de problème de fumée dans les casernements par manque de ventilation.

· 1894 Remplacement des canons de 12 culasse et des canons de 5 par des canons revolver dans les casemates à tir direct.

Modernisations

· 1884 - 1887

 

· 2 officiers, 8 sous officiers et 48 soldats

 

·  Pas de magasin à poudre

·  1 magasin aux cartouches

 

·  1 four Lespinasse portatif de 180 rations.

·  1 réserve de 5000 litres avec une autonomie de 16 jours

·  2 Ponts à effacement latéral

·  Pas de liaison optique

·  Avec le fort du Pic Charvet à partir de septembre 1890 et avec les autres ouvrages de l’avancé et la place de Nice

1891

1913 à 1914

Zone de Texte: Pièces de rempart
du fort
Zone de Texte: Cuirassements et casemates
Zone de Texte: Défense des fossés
Zone de Texte: Nb de pièces
Zone de Texte: 4
Zone de Texte: 4

Armement du fort et cuirassements installés entre 1891 et 1914

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils ou à la mitrailleuse

Aujourd’hui, l’ouvrage est à l’abandon.