www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Maubeuge

Secteur Maubeuge - Verdun

La place de Reims

La place de Laon

La place de la Fère

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

Le fort de Giromagny

L’ouvrage du Piton Lagace

L’abri de combat du Piton Lagace

L’ouvrage du Mont Rudolphe

L’abri de combat de Pierremont

L’ouvrage de l’Etang Neuf

Le fort de Roppe

L’enveloppe du centre de résistance

Le dépôt Gr1

L’abri caverne de Roppe

L’abri ouest

Le corps de garde Ouest

Le corps de garde Nord-Ouest

Le retranchement Nord

Le corps de garde Nord

Le corps de garde Nord-Est

Le corps de garde Est

Le corps de garde Sud-Est

La tourelle de 75 extérieure

La station contre-aéronefs de Roppe

L’abri de combat Est-Bas de Roppe

La batterie cuirassée de 155R

L’abri de combat Nord des pentes Sud de Roppe

L’abri de combat Sud des pentes Sud de Roppe

L’abri de combat du Calvaire de Roppe

Le secteur de Roppe

L’ouvrage de Denney

L’abri de combat sud de Denney

L’observatoire de Denney

Le fort de Bessoncourt

L’abri de combat Ancienne batterie D de Bessoncourt

L’abri de combat de la Ragée-au-Bailly

L’ouvrage du Rondot

L’observatoire du Rondot

L’observatoire de Pérouse

Le fort des Hautes Perches

Le fort des Basses Perches

La position du Bosmont

Le réduit du Bosmont

Le magasin du Bosmont

L’abri de combat du Proc

L’ouvrage de Chèvremont

L’ouvrage des Trois Chênes

L’abri de combat Ancienne batterie 2 de Vézelois

L’ouvrage et l’abri de combat des Grands Bois

Le fort de Vézelois

L’ouvrage de Meroux

L’ouvrage de Moval

L’ouvrage des Fougerais

La casemate de Bourges ext

L’abri de combat Est des Fougerais

L’abri de combat Ouest des Fougerais

Le dépôt des Fougerais

Le fort du Bois d’Oye

Le secteur du Bois d’Oye

L’ouvrage de la Verpillère

L’ouvrage du bois des Esserts

L’ouvrage du Haut du Bois

L’ouvrage d’Héricourt

Le fort Lachaux

Le fort du Mont Vaudois

Le secteur du Mont-Vaudois

L’ouvrage du Bas du Mont

L’ouvrage de la Côte d’Essert

L’ouvrage Sud du Salbert

L’ouvrage du Petit Salbert

L’ouvrage de la Forêt

L’ouvrage du Haut d’Evette

L’ouvrage Nord du Salbert

Le fort du Salbert

L’abri caverne du Salbert

L’ouvrage du Monceau

Secteur Bois d’Oye - Monceau

Château de Belfort

Le fort de la Miotte

Les magasins centraux A et B

Le fort de la Justice

Fort des Barres

Fort de Bellevue

Les casernes

Divers

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier - rideau du Jura

La place d’Albertville

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mise à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

L’organisation ou position défensive du Bosmont est un ensemble de fortifications qui se compose d’un réduit principal, d’un magasin de secteur, de 4 camps pour les troupes et de 13 batteries d’artillerie éparpillées dans la forêt du Bosmont. Ces dernières sont protégées par plusieurs tranchées ou retranchements d’infanterie. Cette position est placée en avant des forts des Basses Perches et des Hautes Perches au sud de la place. Elle a pour mission d’empêcher l’occupation du secteur, en soutenant ces forts et le noyau central. Elle contrôle aussi les voies ferrées qui mènent à Mulhouse et à Morvillars. Elle peut aussi soutenir l’ouvrage de Chèvremont, l’ouvrage de Meroux et le fort de Vézelois après leur construction.

Le réduit qui est l’ouvrage principal est construit à 416 mètres d’altitude en arrière des 15 batteries d’artillerie terrassées.

L’armement du réduit à la veille de la Grande guerre

 

Pièces de rempart du réduit

Aucune

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

 Les fossés sont défendus aux fusils

Total 0 pièces d’artillerie

 

Les différents éléments extérieurs de la position du Bosmont en 1914

 

Batteries d’artillerie

Batteries d’artillerie non armées

Batterie d’artillerie N°2 prévue pour 4 canons de 155 Long sur affût SP

Batterie d’artillerie N°17 prévue pour 4 canons de 155 court sur affût SP

Batterie d’artillerie N°21 prévue pour 4 canons de 90 sur affût de campagne

Batteries d’artillerie désarmées sans armement prévu

Batterie n°1 à n°13 sont désarmées

Batteries d’artillerie à armer que sur ordre spécial

Batterie d’artillerie N°15 prévue pour 4 canons de 95 sur affût de siège et place

Batterie d’artillerie N°16 prévue pour 4 canons de 95 sur affût de siège et place

Batterie d’artillerie N°18 prévue pour 3 canons de 90 sur affût de siège et place

Batterie d’artillerie à construire sur ordre spécial

Batterie d’artillerie N°19

Batterie d’artillerie N°20 

 

Ouvrages d’infanterie

4 ouvrages d’infanterie construits après 1888

Plusieurs tranchées et retranchement d’infanterie

 

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

 

Dépôts intermédiaires

1 dépôt intermédiaire sans munition à la batterie N°2

 

Magasins de secteur

Magasin de secteur du Bosmont d’une capacité de 74 tonnes de poudre noire

 

 

Projets de modernisation

 

· 1885 Renforcement de la position avec la construction d’un fort en avant du réduit, à la place de la batterie 12, d’une redoute aux bords de la voie ferrée menant à Mulhouse et de 4 batteries d’artillerie supplémentaires en arrière des batteries 3 et 4 

· 1888 Renforcement du réduit avec la construction d’un casernement bétonné en béton spécial, pouvant recevoir 87 places couchées et 130 places assises.

· 1908 Projet de construction de la batterie d’artillerie n°19 pour 4 canons de 120L et de la batterie d’artillerie n°20 pour 4 canons de 155L. Construction d’une batterie cuirassée équipée de 2 tourelles de 155C appelée batterie 17.

 

Modernisations

 

· 1881 Allongement des plateformes de tir.

· 1880-1900 Connexion au réseau de télégraphie électrique.

· 1888-1890 Construction du magasin de secteur du Bosmont

· 1897-1890 Modernisation de la position suite à la crise de l’obus torpille, avec la construction de 4 batteries d’artillerie A,B et C et de 4 ouvrages d’infanterie. Désarmement des anciennes batteries d’artillerie.

 

En 1914, la position du Bosmont est un ouvrage de la deuxième ligne de défense de la place.

Son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement du réduit et de la position en 1914

La traverse abri utilisée comme poste de télégraphie.

©VAUBOURG Cédric

L’intérieur du magasin aux subsistances. Cliché VAUBOURG Julie

Une des descentes d’accès à une petite caponnière.

 Cliché VAUBOURG Julie

L’intérieur d’une des caponnières du réduit. © VAUBOURG Cédric

La traverse abri utilisée comme petit magasin à poudre

©VAUBOURG Julie

Armement de la position du Bosmont et cuirassements installés entre 1879 et 1912

La façade du casernement du réduit

© VAUBOURG Julie

Etat de la position de la Première Guerre Mondiale à  nos jours

 

Fin 1915, désarmement progressif de la positions pour envoyer les munitions pouvant aller sur le front.

En mars 1916, il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction de l’ouvrage en cas d’approche de l’ennemi.

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le réduit sera utilisé comme l’un des postes de commandement de la place, puis il sera complètement ferraillé sous l’organisation Todt comme les autres ouvrages.

Aujourd'hui, les fortifications de cette position appartiennent à la ville de Danjoutin. Elles sont d’accès libre pour les extérieures, mais l’intérieur des éléments du réduit reste interdit.

L’entrée du magasin aux subsistances. Cliché VAUBOURG Julie

L’organisation défensive du Bosmont et le réduit du Bosmont ou ouvrage Amey

Rectangle à coins arrondis: Haut de page

Dates de construction

Coût des travaux en 1885

351 790 Frs

 

 

Effectif du réduit 51 hommes

· 1er avril 1874 - 1er juillet 1877

· 130 000 Frs pour la construction du réduit

· 221 790 Frs pour l’acquisition des terrains et la construction des batteries

 

· 1 officier

· 2 sous-officiers et 48 soldats

· 1 infirmerie placée dans le petit casernement

Capacité du casernement à l’épreuve

Capacité des casernement en maçonnerie

Capacité du magasin à poudre

 

Capacité du magasin aux cartouches

· Aucun

· 51 places couchées au réduit

· 4 tonnes de poudre noire au réduit

· 4078 gargousses de 138 en 1882

Cuisine

Boulangerie

Puits et citernes

 

 

Pont de l’entrée principale

· 1 cuisinière de marque François Vaillant

· Pas de boulangerie, le pain provient de la place

· 2 puits recevant l’eau des fossés

· 5 puits stratégiques sur la position d’un débit de 4m³

· 1 pont levis à bascule en dessous au réduit

Communication liaison optique

Communication télégraphe électrique

 

Eclairage en 1914

· Aucune

· Avec le central militaire au Château grâce à un téléphone Ader et une boite de forteresse

· Lampes à pétrole ou à bougies pour l’intérieur du fort

 

1879

1882

1886

1903

1906

1912

Pièces de rempart

du fort

4 canons de 120 L

4 canons de 12

4 canons de 120 L

3 canons de 12

Aucun armement

7 canons de 90

pour le réduit et les batteries

Cuirassements et casemates

 

Défense des fossés

3 canons à balles

4 canons de 12

Les fossés sont défendus aux fusils

Batteries extérieures n°1 à n°13 et A,B et C de la position du Bosmont

 

4 canons de 120 L

17 canons de 12

6 canons de 95

12 canons de 7

4 canons de 95 à la batterie A

2 canons de 95 à la batterie B

2 canons de 95 à la batterie C

4 canons de 95 à la batterie A

4 canons de 95 à la batterie B

4 canons de 95 à la batterie C

Aucun armement

Nb de pièces

11

50

50

8

12

7