Le blockhaus de la Platte est un ouvrage de surveillance construit à l’Est de la place à 2009 mètres d’altitude. Il est placé sur une petite éminence rocheuse se situant à la Platte supérieure sur le contrefort du Truc. Son rôle essentiel est d’interdire à l’ennemi le terrain où il est construit. L’ouvrage domine le fort du Truc ainsi que les intervalles compris entre le Charbonnet et Versoyen d’où l’ennemi pouvait atteindre l’artillerie du Truc.

Eventuellement, ses pièces pouvaient aussi être utilisées pour interdire les pentes du Combautier, la position Chenzeline, et les pentes dominant la batterie de Vulmix.

L’armement du blockhaus à la veille de la Grande guerre

 

 

Pièces de rempart du blockhaus

4 canons de 80 sur affût de campagne approvisionnés à 600 coups par pièce

 

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement, les fossés sont défendus

aux fusils depuis le mur d’escarpe.

 

 

Total 16 pièces d’artillerie

 

 

 

Les différents éléments extérieurs à proximité du blockhaus en 1914

 

Batterie d’artillerie

Aucune

Ouvrages d’infanterie

Aucun

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

Dépôts intermédiaires

Aucun

Magasins de secteur

Aucun

Projets de modernisations

 

 

Projet de 1912 - 1913

· Réorganiser les parapets d’infanterie

· Blinder les ouvertures

 

 

Modernisations

 

· 1900 - 1914 Connexion au réseau de télégraphie électrique

Armement du blockhaus et cuirassements installés entre 1893 et 1913

En 1914, le blockhaus est un ouvrage de la 14ème région et de première catégorie. Il possède un casernement semi à l’épreuve et son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement du blockhaus en 1914

L’entrée pendant l’entre deux guerre.

Collection Lionel PRACHT

Vue aérienne du blockhaus de la Platte à la fin de l’hiver.

Collection Dominique VIALARD

Aujourd’hui, cet ouvrage est en bon état, le propriétaire l’a aménagé en fromagerie et en relai pour les randonneurs qui peuvent venir déguster du Beaufort lorsqu'il est ouvert. Propriété privée.

La batterie de Vulmix vue depuis le blockhaus de la Patte

Cliché VAUBOURG Julie

Le chemin d’accès au blockhaus. 

Cliché  VAUBOURG Cédric

Le mur d’escarpe du blockhaus. Cliché VAUBOURG Julie

L’entrée du blockhaus et son pont roulant à effacement latéral

Cliché VAUBOURG Julie

Vue sur le blockhaus.  Cliché VAUBOURG Cédric

Le blockhaus de la Platte ou fort des 2000

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Détail des galets du pont à effacement latéral. 

Cliché VAUBOURG Julie

L’entrée du blockhaus. Cliché VAUBOURG Julie

Vue sur Bourg-Saint-Maurice.  Cliché VAUBOURG Julie

Détail du blockhaus.

Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Haut de page

La vue depuis le blockhaus. Cliché VAUBOURG Julie

 

1893

1894

1913

Pièces de rempart

du blockhaus

4 canons de 80

Cuirassements

et casemates

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement, les fossés sont défendus aux fusils depuis le mur d’escarpe.

Nb de pièces

4

4

4

Dates de construction

Coût des travaux en 1894

 

Effectif prévu 101 hommes

· 1891 - 1894

· Environ 1 000 000 Fr or

 

· 1 officier

· 100 soldats et sous officiers

· 1 infirmerie

Capacité du casernement à l’épreuve

 

 

Capacité des casernement en maçonnerie

Capacité du magasins à poudre

Capacité des magasins aux cartouches

 

 

· 100 places couchées dans des lits de camp dans un casernement ayant des murs en béton et en pierres de 1m70 d’épaisseur et une dalle de béton de chaux de 60 cm d’épaisseur coulée sur des rails de chemin de fer

· Aucun

· Aucun

· Inconnue les munitions sont stockées dans les traverses abri.

Cuisine

Boulangerie

Puits et citernes

Pont de l’entrée principale

· 1 four permanant de 40 rations et un four de campagne de 80 rations

· 1 cuisinière de marque François Vaillant

· 1 citerne de 165 m3 alimentée par un source captée sur le Mont Rognaix. 

· 1 pont roulant à effacement latéral

Communication liaison optique

 

Communication télégraphe électrique

 

 

Eclairage en 1914

· La batterie de Vulmix grâce à un appareil optique de calibre 10 depuis le parapet de l’ouvrage.

· Avec la Redoute Ruinée dans le col du petit Saint Bernard et le blockhaus de l’Alpettaz à Albertville à 30 km depuis un poste extérieur au blockhaus.

· Avec le fort du Truc, grâce à un téléphone Ader et une boite de forteresse

· Lampes à pétrole ou à bougie pour l’intérieur des locaux. Pas d’éclairage pour les abords.

Etat du blockhaus pendant la première guerre mondiale

 

Août 1914 - Mai 1915, les quelques travaux de renforcement du blockhaus ne seront pas terminés, car la déclaration de guerre et le changement de camp de l’Italie qui s’alliera avec la triple Entente en mai 1915 feront stopper les travaux de fortification face à un pays qui devient un allié.

Fin 1915, désarmement progressif du blockhaus suite au décret du 5 août pour envoyer les pièces d’artillerie sur le front.

En 1916, le fort est complètement désarmé.

Entre-deux guerres

 

1930-1939, pendant l’entre deux guerres, les nouvelles tensions internationales feront que ce blockhaus complètement dépassé sera utilisé comme observatoire du secteur.

 

 

Effectif prévu de la répartition de la garnison de guerre dans le secteur du blockhaus en 1914 d’après l’instruction du 30 juillet 1909

 

· Infanterie : 1 officier et 62 soldats du 108ème RI territorial

· Artillerie : 52 soldats du 11ème régiment d’artillerie à pied

· Génie  et services divers : 1 infirmier et 1 télégraphiste

· Auxiliaires et commis des services administratifs : Aucun

Soit un effectif de 1 officier et 116 hommes.

Effectif du blockhaus à la mobilisation en 1914 à la première heure

 

· Infanterie : 17 soldats du 97ème RI

· Artillerie : 6 soldats du 11ème régiment d’artillerie à pied

· Génie et services divers : 1 télégraphiste

Soit un effectif de 24 hommes