www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

La position du Courbaton fait partie d’un contrefort qui s’étend du signal des Têtes jusqu’à la rive gauche de l’Isère entre le ravin de Pissevieille et la lissière Sud ouest du Bois de Malgovert. Son rôle est de renforcer les positions de la rive droite de l’Isère sur les débouchés du col des Monts, les routes du petit Saint Bernard et de la vallée du col Versoyen.

Cette position se compose de 4 batteries d’artillerie appelées les Têtes N°5, Leuchelet n°4 et Courbaton N°3 et 3bis.

Les batteries d’artillerie de Courbaton N°3 et 3 bis sont construites à environ 1500 mètres d’altitude dès la fin 1913, elles seront presque finies à la déclaration de guerre et très certainement armées. Elles étaient reliées au réseau de télégraphie électrique.

Ces batteries bétonnées de crête type 1907 possèdent des magasins de batterie et des abris pour hommes à l’épreuve des nouveaux obus.

Elles se composent de 2 parties :

· La batterie N°3 équipée de 4 plateformes de tir pour 4 canons de 120L dont les objectifs sont la rive occidental du Reclus et les positions de Cobautier

· La batterie N°3 bis équipée de 2 plateformes de tir armées de 2 canons de 120L dont les objectifs sont le ravin du Versoyen, le flanquement du fort du Truc et de la batterie de Vulmix

Près de ces batteries, on y trouve un magasin à poudre extérieur de secteur de Courbaton et deux baraquements qui hébergent les troupes du secteur 2 (Courbaton-les Têtes).

Aujourd’hui, la batterie 3 bis n’existe plus et la batterie N°3 est en excellent état de conservation. Elle possède encore un grand nombre de vestiges qui la classe comme la batterie la mieux conservée de ce type de tout le système Séré de Rivières.

Mais, un lotissement en construction se rapproche de plus en plus de la batterie ce qui ne lui laisse guère un grand avenir.

Les baraquements de la batterie sont en bon état, utilisés pas un centre de vacances.

Les portes blindées et grilles métalliques qui protègent les abris. Cliché  VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

Une plateforme de tir de la batterie. Cliché  VAUBOURG Julie

Les portes blindées et grilles métalliques qui protègent les abri.

Cliché  VAUBOURG Julie

L’accès au poste de télégraphie.

Cliché  VAUBOURG Julie

Une niche à munitions près de l’entrée de la batterie. Cliché  VAUBOURG Julie

L’intérieur d’un abri pour servants. Cliché  VAUBOURG Julie

Un des abris pour servant. Cliché  VAUBOURG Julie

La magasin à munitions de la batterie. Cliché  VAUBOURG Julie

La magasin à munitions de la batterie. Cliché  VAUBOURG Julie

Une chambre de stockage du magasin à munitions de la batterie. Cliché  VAUBOURG Cédric

Une chambre de stockage du magasin à munitions de la batterie. Cliché  VAUBOURG Cédric

Le passage derrière les magasins servant de chambre aux lampes.

Cliché  VAUBOURG Julie

Les batteries de Courbaton N°3 et n°3 bis et la position de Courbaton

Effectif prévu de la répartition de la garnison de guerre pour la Position de Courbaton d’après l’instruction du 30 juillet 1909

· Infanterie : 8 officiers, 500 soldats et 2 chevaux du 108ème RI territorial

· Artillerie : 3 officiers, 210 soldats et 1 cheval du 11ème régiment d’artillerie à pied

· Génie et services divers : 2 télégraphistes et 2 infirmiers

· Auxiliaires et commis des services administratifs : 2 commis et ouvriers d’administration

Soit un effectif de 11 officiers, 716 soldats et 3 chevaux

Effectif de la batterie prévu à la mobilisation en 1914 à la première heure

· Infanterie : 1 officier et 101 soldats du 97ème RI

· Artillerie : 1 officier et 22 soldats du 11ème régiment d’artillerie à pied

· Génie et services divers : Aucun

Soit un effectif de 2 officiers et 123 soldats