· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier-Rideau du Jura

La place d’Albertville

Le secteur de Chamousset

La haute Maurienne

La place de Bourg-st-Maurice

La place de Lyon

La place de Grenoble

La place de Briançon

Le fort du château et son enceinte

La position de Rampes

La position du Gondran

L’ouvrage du Gondran A

L’ouvrage du Gondran B

L’ouvrage du Gondran C

L’ouvrage du Gondran D

Le fort et le blockhaus du Janus

L’ouvrage des Aittes

Le magasin de l’Infernet

Le fort de l’Infernet

Le casernement de la Cochette

Le fort de l’Olive

Les retranchements Berwick

La position de Lenlon

Le magasin de Lenlon

Le blockhaus de Lenlon

La position du Granon

La position de la Grande Maye

Le blockhaus de la Grande Maye

Le fort de la Croix de Bretagne

La position de la Lauzette

Le blockhaus de la Lauzette

Le fort des Têtes

La Communication Y

Le fort du Randouillet

Le fort Dauphin

Le fort d’Anjou

La redoute du point du jour

Le pont d’Asfeld

La redoute des Salettes

La batterie de la Croix de Toulouse

Le blockhaus de Malfosse

La place de Tournoux

L’avancée de Nice

La place de Nice

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Le Blockhaus et le fort du Janus

La position du Gondran est dominée par le Mont Janus à une altitude de 2565 mètres. Ce massif possède d’excellentes vues sur le col de Montgenèvre et sur la route nationale 94.

Les tensions de 1880, avec l’Italie, vont obliger l’armée française à occuper cette hauteur difficile d’accès, afin d’empêcher les unités alpines italiennes, en cas d’attaque de la place, d’occuper cette position stratégique avec de l’artillerie destinée à fragiliser la défense de la ligne des Gondrans.

De 1884 à 1885, une route d’accès est aménagée ainsi qu’une batterie d’artillerie pour 6 pièces sur le massif à 2450 mètres d’altitude. Elle surveille le col de Montgenèvre et les pentes des Gondrans.

Cette position est renforcée en 1886, avec un blockhaus d’infanterie qui héberge des troupes, puis avec un fort équipé d’un armement sous casemate bétonnée pour renforcer la défense de la position des Gondrans, après la construction du fort Italien du Chaberton. Le fort du Janus est un ouvrage moderne construit entièrement à l’épreuve car c’est le plus exposé de la place à l’artillerie du Chaberton qui le domine. Il est aussi, la plus haute fortification de Briançon et la plus avancé sur la frontière italienne.

L’armement du fort à la veille de la Grande Guerre

 

 

Pièces de rempart de l’ouvrage

4 canons de 95 sur affût de campagne approvisionnés à 500 coups/pièce.

 

Cuirassements et casemates

1 casemate de flanquement armée de 4 canons de 95 sur affût de côte approvisionnés à 500 coups/pièce.

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

 

 

Total 8 pièces d’artillerie

 

 

Les différents éléments extérieurs à proximité du fort en 1914

 

 

Batteries d’artillerie

Aucune

 

Ouvrages d’infanterie

Aucun

 

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

 

Dépôts intermédiaires

Aucun

 

Magasins de secteur

Aucun

Projet de modernisation

 

Projet de 1888

· Installation sous casemate d'un canon de 120 L modèle 1878 sur affût Locard pour le tir tout azimut et d’un projecteur électrique mobile sous casemate.

Projet de 1899

· Installation d’une tourelle Galopin de 155 L derrière la casemate de 4 canons de 95 sur affût de côte.

Projet d’avril 1913

· Installation d’une machine mobile photoélectrique équipée d’un projecteur qui servira à éclairer les abords de la casemate bétonnée de 95

 

Modernisations

 

· 1886-1889 Construction d’un blockhaus à seulement un niveau, identique à celui de la Lauzette. Il est équipé de deux petites caponnières aux angles nord et sud.

· 1888 Installation d’un projecteur mobile stocké dans un baraquement.

· 1890-1891 Ajout d’un étage et d’une toiture au blockhaus .

· 1897-1906 Construction d’un fort sous le blockhaus possédant un casernement à l’épreuve de 120 places couchées et un magasin sous roc.

· 1899-1906 Construction d’une casemate d’artillerie en béton armé pour flanquer comme une casemate de Bourges la ligne de défense du Gondran. Elle est armée de 4 canons de 95 sur affût de côte. Cette casemate est la seule de ce type à être construite en France. Elle a la particularité d’avoir 4 embrassures séparées par trois orillons.

· 1900-1914 Connexion au réseau télégraphique

· 1906-1912 Amélioration des plates–formes de tir.

En 1914, le fort du Janus modernisé fait partie des fortifications de première catégorie de la 14 ème région militaire. Son armement principal est placé sous casemate bétonnée et à l’air libre.

Equipement du fort et du blockhaus en 1914

Armement du fort et cuirassements installés entre 1881 et 1893

Le fort connaitra les combats du 21 au 23 juin 1940, où l’ouvrage servira comme poste d’observation pendant l’attaque du fort du Chaberton, ce qui lui vaudra d’être la cible de l’artillerie des 8 tourelles de 164 de cette forteresse italienne.

Le vieux fort résistera aux bombardements malgré quelques dégâts toujours visibles sur le blockhaus qui n’ont pas été réparés.

Aujourd’hui, l’ouvrage est à l’abandon, la partie souterraine et l’ouvrage Maginot sont fermés. Propriété de la commune de Montgenèvre.

Cependant, le blockhaus et le dessus de l’ouvrage restent très intéressants, ils offrent une vue magnifique sur les Alpes et le Chaberton. Son accès reste dangereux et interdit en particulier pour l’intérieur du blockhaus.

Détail de l’escalier reliant les deux étages du blockhaus

© VAUBOURG Julie

L’observatoire cloche VDP et la cloche GFM du bloc 4 de l’ouvrage Maginot.

Cliché VAUBOURG Julie

L’intérieur d’une chambrée au rez-de-chaussée du blockhaus. Cliché VAUBOURG Cédric

Le blockhaus du Janus en 1899 lors de la modernisation du fort.

Tous droits réservés

La façade du casernement sous-roc Séré de Rivières

Cliché VAUBOURG Cédric

Un affut de 95 de côte encore en place dans une des chambres de tir de la casemate pour 4 canons de 95 de côte. Cliché Lia et Caspar VERMEULEN

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

L’extérieur de la casemate de flanquement pour 4 canons de 95 de côte.

Cliché VAUBOURG Cédric

La grille de l’entrée du blockhaus. Cliché VAUBOURG Cédric

Le blockhaus du Janus. Cliché VAUBOURG Cédric

Le blockhaus du Janus. Cliché VAUBOURG Cédric

Le blockhaus du Janus et sa grille défensive. Cliché VAUBOURG Cédric

La vue sur le blockhaus depuis l’entrée. Cliché VAUBOURG Cédric

La grille défensive près du blockhaus.

Cliché VAUBOURG Cédric

L’entrée du blockhaus. Cliché VAUBOURG Julie

Vue sur le blockhaus.

Cliché VAUBOURG Cédric

Dates de construction

         

 

 

Effectif 122 hommes

· 1886 - 1889 pour le blockhaus

· 1897 - 1906 pour le fort

 

· 2 officiers et sous-officiers

· 120 soldats

 

Locaux à l’épreuve en 1914

Capacité du magasin à poudre

 

Capacité des magasins aux cartouches

 

 

· Aucun

· Un magasin sous roc possédant 4,125 tonnes de poudre noire en 1914.

· 2400 cartouches pour canon de 95 remplies de poudre noire dans les locaux n°6 et 10.

Boulangerie

 

 

Cuisine

Puits et citernes

 

 

 

 

Pont de l’entrée principale

· 1 four à bois permanant système Lespinasse de 24 rations dans le blockhaus et 1 four permanant à bois système Terrassier dans le fort 

· 2 cuisinières de marque François Vaillant.

· 1 citerne de 30 m³ dans le blockhaus et 1 citerne de 100 m³ dans le fort. Elles sont alimentées annuellement par les eaux du Gondran grâce à une pompe du Génie. A l’extérieur du blockhaus, il existe une citerne de 14m³ alimentée pas les eaux de fonte des neiges

· Une passerelle rabattable à l’entrée du blockhaus

Télégraphie optique

Télégraphie électrique

Eclairage en 1914

· Aucune

· Avec les casernements de la Cochette

· Lampes à pétrole ou à bougie pour l’intérieur du fort

 

1881

1893

Pièces de rempart

du fort

4 canons de 95 sur affut de campagne

Cuirassements et casemates

 

1 casemate de flanquement pour 4 canons de 95 sur affût de côte.

Elle protège la position du Gondran

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

Nb de pièces

4

8

Effectif prévu de la réparation de la garnison de guerre dans le fort en 1914 d’après l’instruction du 30 juillet 1909

 

· Infanterie : 1 officier et 62 soldats du 159 ème  RI

· Artillerie: 1 officier, 105 soldats et 1 cheval du 11 ème régiment d’artillerie à pied

· Génie et services divers: 2 télégraphistes

Soit un effectif de 171 hommes et 1 cheval

Effectif à la mobilisation en 1914 à la première heure

 

· Infanterie : 1 officier et 35 soldats du 159 ème  RI

· Artillerie: 1 officier et 20 soldats du 11 ème régiment d’artillerie à pied

· Génie et services divers: Aucun

Soit un effectif de 57 hommes

Etat du fort pendant la première guerre mondiale

 

· Fin 1915, désarmement progressif du fort suite au décret du 5 août pour envoyer les pièces d’artillerie et les munitions sur le front.

· En 1916, le fort est complètement désarmé suite au décret du 5 août 1915 et au changement de camp de l’Italie qui s’alliera avec la triple Entente en mai 1915.

· 1931 à 1937, pendant l’entre deux guerres, suite à de nouvelles tensions internationales, sa position importante est retenue pour installer un ouvrage Maginot à 8 blocs de combat ayant un effectif de 12 officiers et 218 soldats. Une partie du fort Séré de Rivières sera remblayée pour renforcer l’ouvrage Maginot comme l’entrée et les casernements. Le reste du fort comprenant les magasins sous-roc et la casemate pour 4 canons de 95 sur affût de côte seront intégrés à l’ouvrage Maginot. Cette dernière deviendra le bloc 8 de combat de l’ouvrage

· Le blockhaus sera maintenu en état

 

Armement du fort entre 1935 et 1940

 

2 mortiers de 81 sous casemate bloc 2

2 mortiers de 75 sous casemate bloc 3

4 canons de 95 sur affût de côte sous casemate bloc 8

Les autres blocs sont munis de mitrailleuses pour la défense

rapprochée ou d’observatoires