www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier-Rideau du Jura

La place d’Albertville

Le secteur de Chamousset

La haute Maurienne

La place de Bourg-st-Maurice

La place de Lyon

La place de Grenoble

La place de Briançon

Le fort du château et son enceinte

La position de Rampes

La position du Gondran

L’ouvrage du Gondran A

L’ouvrage du Gondran B

L’ouvrage du Gondran C

L’ouvrage du Gondran D

Le fort et le blockhaus du Janus

L’ouvrage des Aittes

Le magasin de l’Infernet

Le fort de l’Infernet

Le casernement de la Cochette

Le fort de l’Olive

Les retranchements Berwick

La position de Lenlon

Le magasin de Lenlon

Le blockhaus de Lenlon

La position du Granon

La position de la Grande Maye

Le blockhaus de la Grande Maye

Le fort de la Croix de Bretagne

La position de la Lauzette

Le blockhaus de la Lauzette

Le fort des Têtes

La Communication Y

Le fort du Randouillet

Le fort Dauphin

Le fort d’Anjou

La redoute du point du jour

Le pont d’Asfeld

La redoute des Salettes

La batterie de la Croix de Toulouse

Le blockhaus de Malfosse

La citadelle de Mont-Dauphin

La place de Tournoux

L’avancée de Nice

La place de Nice

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Le fort de la croix de Bretagne est un ouvrage de montagne ressemblant au fort de Montperché à Chamousset près d’Albertville. Il est construit à l’est de la place de Briançon à 2045 mètres d’altitude pour surveiller la route venant d’Italie passant par Cervières. Il peut aussi se défendre mutuellement avec le fort de l’Infernet. Son armement est complété par une multitude de batteries d’artillerie et par le blockhaus de la Grande Maye qui le protège des assauts d’infanterie.

L’armement du fort à la veille de la Grande Guerre

 

Pièces de rempart de l’ouvrage

4 canons de 120 L sur affût de siège et place approvisionnés à 600 coups/pièce.

3 canons de 155 L sur affût de siège et place approvisionnés à 600 coups/pièce.

2 mortiers lisses de 22 approvisionnés à 7 coups/pièce.

2 mortiers lisses de 15 approvisionnés à 7coups/pièce.

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

 

Total 11 pièces d’artillerie

 

Les différents éléments extérieurs à proximité du fort en 1914

 

Batteries d’artillerie

5 batteries d’artillerie annexes à proximité du fort non armées.

6 batteries d’artillerie vers le blockhaus de la Grande Maye appelées batteries des 3 Mélèzes, de la Grande Maye, de la Croix, du Col, de la Lauze et de la Tour. Elle sont construites de 1876 à 1886 pour compléter l’armement du fort de la Croix de Bretagne dans un secteur qu’il ne peut pas défendre (Ces batteries sont citées de la plus près à la plus loin du fort de la Croix de Bretagne).

Elles possèdent un armement de :

4 canons de 120 L sur affût de siège et place approvisionnés à 700 coups/pièce.

4 canons de 95 sur affût de siège et place approvisionnés à 600 coups par pièces

 

Ouvrages d’infanterie

Blockhaus de la Grande Maye d’une capacité de 50 hommes

est construit de 1886 à 1888

 

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

 

Dépôts intermédiaires

4 magasins à munitions de batterie nommés N°1 et N°2. Ils sont construits en maçonnerie de 1885 à 1886. Les deux autres magasins de batteries nommés 1 bis et 2 bis sont construits en béton de 1892 à 1893. Ces magasins permettent en 1914 de stocker 800 gargousses pour canon de 120 et 400 gargousses pour canon de 95.  

 

Magasins de secteur

Aucun

Projet de modernisation

 

Projet de 1912

· Création d’un centre de résistance en sortant les pièces du fort et en les plaçant dans des batteries d’artillerie annexes à proximité de l’ouvrage. Le fort sera alors considéré comme un réduit à cet ensemble.

 

 

Modernisations

 

· 1880-1885 Construction d’un deuxième magasin à poudre de 47 tonnes de poudre noire.

· 1890-1893 Construction de la boulangerie à côté des écuries.

· 1900-1914 Connexion au réseau télégraphique.

· 1906-1912 Amélioration des plates–formes de tir.

En 1914, le fort de la Croix-de-Bretagne est un ouvrage non modernisé resté dans son état d’origine. Il fait partie des fortifications de première catégorie de la 14 ème région militaire. Son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement du fort en 1914

Armement du fort et cuirassements installés entre 1878 et 1893

Le fort est resté dans son état d’origine, il ne sera pas modernisé. Aujourd’hui, il est à l’abandon et en parfait état.

La boulangerie du fort. Cliché VAUBOURG Julie

Un édicule Goux derrière la cuisine

© VAUBOURG Julie

Vue sur le casernement officiers et le casernement troupe.

Cliché VAUBOURG Cédric

Vue sur le puits et la partie du casernement officiers.

Cliché VAUBOURG Cédric

L’entrée du fort.

Cliché VAUBOURG Cédric

Le puits et le casernement troupe.

Cliché VAUBOURG Cédric

Détail des créneaux de fusillade sur le mur d’escarpe. Cliché VAUBOURG Julie

Le fort de la Croix de Bretagne

Le coté de front de gorge. Cliché VAUBOURG Cédric

Une plate forme de tir derrière l’entrée. Cliché VAUBOURG Cédric

Le coté de front de gorge. Cliché VAUBOURG Cédric

La première porte d’entrée du fort.

Cliché VAUBOURG Cédric

La première porte d’entrée du fort

Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

Les créneaux de fusillade derrière la première porte d’entrée du fort.

Cliché VAUBOURG Julie

Le coté de front de gorge. Cliché VAUBOURG Cédric

Dates de construction

Coût des travaux en 1881

 

Effectif 496 hommes en 1881

· mai 1876 - octobre 1879

· 1 416 642 Fr or

 

· 24 officiers

· 28 sous-officiers

· 444 soldats

· 1 infirmerie pour 10 malades

· 1 écurie pour 40 chevaux

Locaux à l’épreuve en 1914

Capacité des deux magasins à poudre

 

 

 

Capacité des magasins aux cartouches

 

 

· Aucun

· 122,5 tonnes de poudre noire répartis dans un magasin de 47 tonnes et un autre de 75,5 tonnes. Ils contiennent en 1914, 46,8 tonnes de poudre noire destinée aux batteries de la Grande Maye.

· 3 150 000 cartouches. Ils contiennent en 1914, 300 gargousses de 155L de poudre noire et 400 gargousses de 120L de poudre noire.

Boulangerie

 

Cuisine

Puits et citernes

 

 

Pont de l’entrée principale

· 2 fours à bois permanant système Lespinasse de 20 et 280 rations.

· 1 à 2 cuisinière de marque François Vaillant.

· 1 citerne de 600 m³ alimentée par une conduite en fonte de 2300 mètres qui capte les eaux dans la source de Pieds secs près de la route de la Grande Maye

· 1 passerelle métallique fixe

Télégraphie optique

Télégraphie électrique

 

Eclairage en 1914

· Aucune

· Avec le fort du Château et le blockhaus de la Grande Maye

· Lampes à pétrole pour l’intérieur du fort

 

1878

1879

1881

1893

Pièces de rempart

du fort

5 canons de 138

5 canons de 155 L

2 mortiers lisses de 22

2 mortiers lisses de 15

5 canons de 138

7 canons de 155 L

2 mortiers lisses de 22

2 mortiers lisses de 15

4 canons de 138

3 canons de 155 L

2 mortiers lisses de 22

2 mortiers lisses de 15

Cuirassements et casemates

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement, il n’y a pas de fossés.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

Nb de pièces

14

16

16

11

Batteries d’artillerie annexes extérieures

12 canons de 95

12 canons de 95

12 canons de 95

 

Effectif prévu de la réparation de la garnison de guerre du fort en 1914 d’après l’instruction du 30 juillet 1909

 

· Infanterie : 2 officiers, 125 soldats et 1 cheval du 119 ème  Régiment Territorial

· Artillerie: 2 officiers, 157 soldats du 11 ème régiment d’artillerie à pied

· Génie: 1 officier, 65 soldats, 7 chevaux et 1 voiture

· Services divers: 125 auxiliaires de places fortes, 13 commis ou ouvriers de la section active et territoriale et 2 télégraphistes

Soit un effectif de 500 hommes, 8 chevaux et 1 voiture

Effectif à la mobilisation en 1914 à la première heure

 

· Infanterie: 17 soldats du 159 ème  RI  en temps de paix

· Artillerie: aucun

· Génie et services divers: Aucun

Soit un effectif de 17 hommes

Etat du fort pendant la Première Guerre Mondiale

 

· Fin 1915, désarmement progressif du fort suite au décret du 5 août pour envoyer les pièces d’artillerie et les munitions sur le front.

· En 1916, du fort est complètement désarmé suite au décret du 5 août 1915 et au changement de camp de l’Italie qui s’alliera avec la triple Entente en mai 1915.

· 1930-1939, pendant l’entre deux guerres, les nouvelles tensions internationales feront que cet ouvrage est maintenu en état pour héberger les troupes du secteur.

 

Armement du fort entre 1935 et 1940

 

Le fort est complètement désarmé