Le fort de l’Infernet est construit à l’est de la ville de Briançon sur un sommet de l’Infernet à une altitude de 2380 mètres. Il défend la vallée de la Durance, le col de L’Izoard, le Pampinet et il assure la protection des ouvrages du Gondran. Son armement est renforcé par une batterie d’artillerie annexe et par un mur d’infanterie qui empêche les assauts de l’infanterie ennemie par les pentes nord du fort. Ce parapet d’infanterie en maçonnerie appelée mur de Serre des Armes mesure 800 mètres de long sur 200 mètres de dénivelé.

Rectangle à coins arrondis: Le fort de l’Infernet

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Le fort de l’Infernet ne sera pas modernisé, un magasin de secteur sera construit en contrebas de l’ouvrage pour alimenter le secteur du Gondran.

En 1940, il connaitra le feu du 21 au 23 juin quand les italiens attaqueront la place de Briançon depuis le fort du Chaberton, mais le vieux fort résistera aux bombardements. Aujourd’hui, l’ouvrage est à l’abandon et offre une vue magnifique sur Briançon, son accès reste dangereux et interdit.

· Pas de projet de modernisation

1881

Zone de Texte: Pièces de rempart
du fort
Zone de Texte: Cuirassements et casemates
Zone de Texte: Défense des fossés

1879

Zone de Texte: Nb de pièces
Zone de Texte: 16
Zone de Texte: 16

Pas de pièce de flanquement, il n’y a pas de fossés.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

Projets de modernisation

Armement du fort et cuirassements installés entre 1878 et 1914

Modernisations

· 1978 - 1880 Construction d’un retranchement d’infanterie en maçonnerie à l’extérieur du fort pour empêcher le contournement de l’ouvrage par les pentes Nord. Ce retranchement est appelé Mur de Serre les Armes

· 1978 -1894 Construction de 2 téléphériques reliant le fort du Randouillet et la position du Gondran

· 1900 - 1914 Connexion au réseau télégraphique

Dates de construction

du fort

du mur de Serre des Armes

Coût des travaux en 1881

 

Effectif 210 hommes en 1881

 

 

 

 

Capacité du magasin à poudre

Capacité du magasin aux cartouches

Boulangerie

Puits et citernes

 

 

Pont de l’entrée principale

Communication optique

 

Communication télégraphie électrique

Eclairage en 1914

 

· Juin 1876 - septembre  1878

· 1878  - 1880

· 1 130 500 Fr or

 

· 8 officiers et 10 sous-officiers

· 192 soldats

· 1 infirmerie pour 40 malades

· 1 écurie pour 20 chevaux

 

· 81 tonnes de poudre noire

· 1 240 000 cartouches

· 1 four à bois permanant système Lespinasse de 50 rations 

· 1 citerne de 400 m3 alimentée annuellement par une pompe du Génie grâce aux eaux du Gondran et 1 citerne de 60 mètres cube alimentée par les eaux des chapes du casernement

· 1 pont levis

· Avec le fort de l’Olive, la position de la Lauzette et le fort du château à la mobilisation grâce à 6 sapeurs télégraphistes

· Avec le fort du Château et les casernements de la Cochette

· Lampes à pétrole pour l’intérieur du fort

Zone de Texte: Batteries d’artillerie annexes de la Seyte
Zone de Texte: 6 canons de 138
Zone de Texte: 6 canons de 138

1913-1914

1893

Zone de Texte: 16
Zone de Texte: 14
Zone de Texte: Non armée
Zone de Texte: Non armée

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier-Rideau du Jura

La place d’Albertville

Le secteur de Chamousset

La haute Maurienne

La place de Bourg-st-Maurice

La place de Lyon

La place de Grenoble

La place de Briançon

Le fort du château et son enceinte

La position de Rampes

La position du Gondran

L’ouvrage du Gondran A

L’ouvrage du Gondran B

L’ouvrage du Gondran C

L’ouvrage du Gondran D

Le fort et le blockhaus du Janus

L’ouvrage des Aittes

Le magasin de l’Infernet

Le fort de l’Infernet

Le casernement de la Cochette

Le fort de l’Olive

La position de Lenlon

Le blockhaus de Lenlon

La position du Granon

La position de la Grande Maye

Le blockhaus de la Grande Maye

Le fort de la Croix de Bretagne

La position de la Lauzette

Le blockhaus de la Lauzette

Le fort des Têtes

La Communication Y

Le fort du Randouillet

Le fort Dauphin

Le fort d’Anjou

La redoute du point du jour

Le pont d’Asfeld

La redoute des Salettes

La batterie de la Croix de Toulouse

Le blockhaus de Malfosse

La place de Tournoux

L’avancée de Nice

La place de Nice

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

1878

Zone de Texte: 16
Zone de Texte: 6 canons de 138

Effectif à la mobilisation en 1914 à la première heure

· Infanterie: 11 officiers et 420 soldats du 120 ème  RT réparti entre le fort et les casernements de la Cochette

· Artillerie: Aucun

· Génie et services divers: Aucun

Soit un effectif de 431 hommes

Effectif prévu de la réparation de la garnison de guerre du fort du mur de Serre des Armes et de la batterie de la Seyte en 1914 d’après l’instruction du 30 juillet 1909

Fort de l’Infernet

· Infanterie: 1 officier, 62 soldats du 120 ème Régiment territorial

· Artillerie: 3 officiers, 210 soldats et 1 cheval du 11 ème régiment d’artillerie à pied et 1 officier et 105 soldats du groupe territorial du 11 ème régiment d’artillerie à pieds

· Génie et services divers: 75 auxiliaires de places fortes et 9 télégraphistes

Soit un effectif de 466 hommes et 1 cheval

Mur de Serre des Armes

· Infanterie: 1 officier et 62 soldats du 120 ème Régiment territorial

· Artillerie: Aucun

· Génie et services divers: 40 commis ou ouvriers de la section active et territoriale

Soit un effectif de 103 hommes

Batterie de la Seyte

· Infanterie: 1 officier et 31 soldats du 151 ème RI

· Artillerie: Aucun

· Génie et services divers: 2 forestiers

Soit un effectif de 33 hommes