· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier-Rideau du Jura

La place d’Albertville

Le secteur de Chamousset

La haute Maurienne

La place de Bourg-st-Maurice

La place de Lyon

La place de Grenoble

La place de Briançon

Le fort du château et son enceinte

La position de Rampes

La position du Gondran

L’ouvrage du Gondran A

L’ouvrage du Gondran B

L’ouvrage du Gondran C

L’ouvrage du Gondran D

Le fort et le blockhaus du Janus

L’ouvrage des Aittes

Le magasin de l’Infernet

Le fort de l’Infernet

Le casernement de la Cochette

Le fort de l’Olive

Les retranchements Berwick

La position de Lenlon

Le magasin de Lenlon

Le blockhaus de Lenlon

La position du Granon

La position de la Grande Maye

Le blockhaus de la Grande Maye

Le fort de la Croix de Bretagne

La position de la Lauzette

Le blockhaus de la Lauzette

Le fort des Têtes

La Communication Y

Le fort du Randouillet

Le fort Dauphin

Le fort d’Anjou

La redoute du point du jour

Le pont d’Asfeld

La redoute des Salettes

La batterie de la Croix de Toulouse

Le blockhaus de Malfosse

La citadelle de Mont-Dauphin

La place de Tournoux

L’avancée de Nice

La place de Nice

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Le fort de l’Olive ou fort du rocher de l’Olive

Le fort de l’Olive est le dernier fort de la place, pourtant le comité de défense avait prévu de le construire dès 1874. En attendant la construction du fort, on construit une batterie d’artillerie armée de 4 canons de 95 appelée batterie du Rocher de l’Olive.

L’emplacement du fort se situe à la place de la batterie du rocher, au nord de la place près de la frontière de 1860 sur le versant nord du rocher de l’Olive à une altitude de 2230 mètres. Sa mission est de surveiller la vallée de la Clarée, les débouchés des cols des Acles, des Echelles et des Thures. Son armement est renforcé par la batterie d’artillerie annexe du Sapey et par le blockhaus de l’Enlon qui empêche les assauts d’infanterie sur le secteur.

L’armement du fort à la veille de la Grande Guerre

 

 

Pièces de rempart de l’ouvrage

4 canons de 120 L sur affût de siège et place approvisionnés à 600 coups/pièce.

2 canons de 95 sur affût de siège et place approvisionnés à 500 coups/pièce.

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

 

 

Total 6 pièces d’artillerie

 

 

Les différents éléments extérieurs à proximité du fort en 1914

 

 

Batteries d’artillerie

Batterie annexe du Sapey armée de 4 canons de 95 sur affût de siège et place

Batteries de l’Enlon armées de 8 canons de 155L sur affût de siège et place et

4 canons de 120L sur affût de siège et place.

Batterie du Granon armée de 6 canons de 80 de campagne

Batterie de la Crête de Peyrolles armée de 6 canons de 75 de montagne

 

Ouvrages d’infanterie

Blockhaus de l’Enlon construit de 1891 à 1893. Il pouvait recevoir une garnison d’une centaine d’hommes.

Retranchements de Berwick est construit entre 1709 et 1747.

 

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

 

Dépôts intermédiaires

Aucun

 

Magasins de secteur

Magasin de l’Enlon construit de 1904 à 1908.

Projet de modernisation

 

· Aucun projet de modernisation.

 

Modernisations

 

· 1883 -1894 Construction d’un téléphérique qui relie le fort au Plampinet

· 1893 - 1900 Construction d’une batterie d’artillerie annexe appelée batterie du Sapey à 1200 m au sud sud-est du fort. Elle surveille les débouchés du col d’Acles

· 1891-1893 Construction d’un magasin sous-roc d’une capacité de 27,432 tonnes de poudre noire

· 1900-1914 Connexion au réseau télégraphique

· 1906-1912 Amélioration des plates–formes de tir.

En 1914, le fort de l’Olive est un ouvrage faiblement modernisé resté dans son état d’origine. Il fait partie des fortifications de première catégorie de la 14 ème région militaire. Son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement du fort en 1914

Armement du fort et cuirassements installés entre 1881 et 1893

En juin 1940, le fort ouvrira le feu sur le fort Jaffereau près de Bardonecchia mais il sera bombardé sans grand dégât par le fort du Chaberton.

Aujourd’hui, l’ouvrage est en bon état, il est toujours terrain militaire. Son accès est interdit

Les édicules Goux près du magasin du  Génie

© VAUBOURG Julie

Une des deux casemates sous roc pour canon de 75 sur affût Arbel aménagée pendant l’entredeux guerres. Cliché VAUBOURG Cédric

La cour entre le bâtiment I type 1874 à droite et le bâtiment A non protégé à gauche.

Cliché VAUBOURG Cédric

Carte postale d’une vue sur le fort de l’Olive avant la Grande Guerre.

Collection Lionel PRACHT

Carte postale d’un campement réalisé sur la place d’armes du fort

Collection Lionel PRACHT

Des pièces de 120L derrière l’entrée du fort entre 1900 et 1914.

Collection Lionel PRACHT

Carte postale d’une vue sur le fort de l’Olive avant la Grande Guerre.

Collection Lionel PRACHT

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Détail de l’entrée du fort Cliché VAUBOURG Cédric

Le fort de l’Olive. Cliché VAUBOURG Cédric

Vue sur le fort de l’olive depuis le chemin d’accès.

Cliché VAUBOURG Julie

Détail de la porte de l’entrée de l’ouvrage

Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

L’arrière de l’entrée. Cliché VAUBOURG Cédric

L’entrée du fort. Cliché VAUBOURG  Julie

Vestige de la grille métallique au sol.

Cliché VAUBOURG Cédric

Détail du cartouche au dessus de l’entrée. Cliché VAUBOURG Cédric

Dates de construction

Effectif 231 hommes en 1884

· 1881 - 1883

· 6 officiers et 9 sous-officiers

· 216 soldats

· 1 infirmerie

· 1 écurie

Locaux à l’épreuve en 1914

Capacité du magasin à poudre

Capacité des magasins aux cartouches

 

 

· Aucun

· 27,432 tonnes de poudre noire

· 400 gargousses de 120 de poudre noire et 600 gargousses de 95 de poudre noire dans les traverses abris en 1914

Boulangerie

 

 

 

Cuisine

Puits et citernes

 

 

Pont de l’entrée principale

· 2 fours à bois permanents système Lespinasse de 70 et 220 rations dans la boulangerie de siège et 1 four à bois permanent système Lespinasse de 50 rations dans le bâtiment A

· 1 à 2 cuisinières de marque François Vaillant.

· 2 citernes de 330 et 80 m³ alimentées par les sources de l’Enlon grâce à une conduite en fonte de 1800 m d’un débit de 10 l/minute

· 1 passerelle métallique fixe

Télégraphie optique

 

 

Télégraphie électrique

Eclairage en 1914

· 1 poste optique dans le casernement sous toiture qui communique avec le fort de l’Infernet à la mobilisation grâce à 2 sapeurs télégraphistes

· Avec le fort du Château

· Lampes à pétrole pour l’intérieur du fort

 

1881

1893

Pièces de rempart

du fort

8 canons de 95 sur affût de siège et place

Cuirassements et casemates

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

Nb de pièces

8

8

Effectif prévu de la réparation de la garnison de guerre dans le fort en 1914 d’après l’instruction du 30 juillet 1909

 

· Infanterie: 1 officier et 62 soldats du 110 ème  Régiment Territorial

· Artillerie: 2 officiers, 105 soldats et 1 cheval du 11 ème régiment d’artillerie à pied

· Génie et services divers: 5 télégraphistes

Soit un effectif de 175 hommes et 1 cheval

Effectif à la mobilisation en 1914 à la première heure

 

· Infanterie: 1 officier et 23 soldats du 159 ème  RI

· Artillerie: 1 officier et 50 soldats du 11 ème régiment d’artillerie à pied

· Génie et services divers: Aucun

Soit un effectif de 75 hommes

Etat du fort pendant la première guerre mondiale

 

· Fin 1915, désarmement progressif du fort suite au décret du 5 août pour envoyer les pièces d’artillerie et les munitions sur le front.

· En 1916, le fort est complètement désarmé suite au décret du 5 août 1915 et au changement de camp de l’Italie qui s’alliera avec la triple Entente en mai 1915.

· Entre 1929 et 1934, suite aux nouvelles tensions internationales, deux casemates sous soc seront construites près du magasin sous-roc. Elles seront armées de pièces de 75 sur affût Arbel, . Le fort sera maintenu en état pour héberger les troupes du secteur.

 

Armement du fort entre 1935 et 1940

 

2 canons de 75 sur affût Arbel