www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier-Rideau du Jura

La place d’Albertville

Le secteur de Chamousset

La haute Maurienne

La place de Bourg-st-Maurice

La place de Lyon

La place de Grenoble

La place de Briançon

Le fort du château et son enceinte

La position de Rampes

La position du Gondran

L’ouvrage du Gondran A

L’ouvrage du Gondran B

L’ouvrage du Gondran C

L’ouvrage du Gondran D

Le fort et le blockhaus du Janus

L’ouvrage des Aittes

Le magasin de l’Infernet

Le fort de l’Infernet

Le casernement de la Cochette

Le fort de l’Olive

Les retranchements Berwick

La position de Lenlon

Le magasin de Lenlon

Le blockhaus de Lenlon

La position du Granon

La position de la Grande Maye

Le blockhaus de la Grande Maye

Le fort de la Croix de Bretagne

La position de la Lauzette

Le blockhaus de la Lauzette

Le fort des Têtes

La Communication Y

Le fort du Randouillet

Le fort Dauphin

Le fort d’Anjou

La redoute du point du jour

Le pont d’Asfeld

La redoute des Salettes

La batterie de la Croix de Toulouse

Le blockhaus de Malfosse

La citadelle de Mont-Dauphin

La place de Tournoux

L’avancée de Nice

La place de Nice

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Le fort du Randouillet

Le fort du Randouillet est un ouvrage bastionné construit avant le système Séré de Rivières. Il est placé aux bords d’une falaise à l’est de la place à 1610 mètres d’altitude au dessus du fort des Têtes et de la Communication Y. Sa mission est d’empêcher le passage d’une armée ennemie dans la vallée de la Durance ou par les crêtes de l’Infernet. Il assure aussi la protection du fort de Têtes. Ces deux ouvrages sont reliés entre eux par la Communication Y. Après 1870, le fort est au centre de la place, il protège le noyau central et il héberge une partie des troupes de la place.

L’armement du fort à la veille de la Grande Guerre

 

Pièces de rempart de l’ouvrage

7 canons de 95 sur affût de Siège et Place approvisionnés à 500 obus par pièce.

7 canons de 90 sur affût de campagne  approvisionnés à 500 obus par pièce.

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement, il n’y a pas de fossés.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

 

Total 14 pièces d’artillerie

 

 

Les différents éléments extérieurs à proximité du fort en 1914

 

Batteries d’artillerie

Plusieurs batteries d’artillerie de mobilisation

 

Ouvrages d’infanterie

Aucun

 

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

 

Dépôts intermédiaires

Aucun

 

Magasins de secteur

Aucun

Projet de modernisation

 

· Aucun projet de modernisation

 

 

Modernisations

 

· 1874 - 1877 Construction du magasin à poudre Q mi-caverne.

· 1878 - 1881 Construction du magasin à poudre R mi-caverne.

· 1889 - 1892 Construction d’un magasin sous-roc B

· 1890 - 1900 Construction d’un téléphérique reliant le fort de l’Infernet. Il permet de ravitailler le secteur Infernet, Gondran, Janus en munitions, provisions et matériel. Ce téléphérique fait une escale au casernement de la Seyte

· 1895 - 1910 Construction des hangars de l’artillerie M et MI.

· 1908 - 1912 Réorganisation des plateformes de tir.

En 1914, le fort du Randouillet est un ouvrage non modernisé resté dans son état d’origine. Il fait partie des fortifications de première catégorie de la 14 ème région militaire. Son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement du fort en 1914

Armement du fort et cuirassements installés entre 1878 et 1893

Le fort ne recevra pas de grosses modifications pendant la période Séré de Rivières, il restera armé jusqu’en 1915. Pendant l’entre deux guerres, il servira de casernement aux troupes des ouvrages Maginot. Aujourd'hui, ce patrimoine exceptionnel classé au patrimoine mondiale de l’UNESCO est relativement en bon état mais celui ci se dégrade d’années en années. Des travaux de réfection des toitures sont actuellement réalisés. Son accès est interdit sans autorisation.

L’étage inférieur de la machinerie du téléphérique reliant le fort de l’Infernet. Cliché VAUBOURG Cédric

L’insigne Maginot représenté dans les années 30 dans l’une des casemates des casernements.

Cliché VAUBOURG Julie 

Carte postale des casernements du fort avant la Grande Guerre. ©Lionel PRACHT

L’entrée du fort du Randouillet

Cliché VAUBOURG Julie

Un soldat sur l’esplanade au niveau de l’entrée du fort avant la Grande Guerre.

Collection Lionel PRACHT

Vue sur les trois casernements type VAUBAN où loge la garnison du fort.

Cliché VAUBOURG Cédric

Le vestibule d’une des chambres de stockage du magasin sous-roc Q.

Cliché VAUBOURG Cédric

Vue sur le fort. Cliché VAUBOURG Cédric

Le mur d’escarpe. Cliché VAUBOURG Cédric

Vue sur un pylône du téléphérique qui assure la liaison avec le fort de l’Infernet.

 Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

Les casernements. Cliché VAUBOURG Cédric

Détail du mur d’escarpe bâti sur la roche. Cliché VAUBOURG Cédric

Le chemin d’accès au fort. Cliché VAUBOURG Julie

Vue sur le mut d’escarpe du fort. Cliché VAUBOURG Cédric

L’entrée

Cliché VAUBOURG Julie

Le mur d’escarpe . Cliché VAUBOURG Cédric

L’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Julie

Dates de construction

 

Effectif

· 1722 - 1734

 

· Entre 600 et 1200 hommes

· 1 infirmerie

· 1 écurie

Locaux à l’épreuve en 1914

Capacité des magasins à poudre

 

 

 

 

 

 

 

 

Capacité des magasins sous roc

 

 

Capacité du magasin aux cartouches

 

 

· Aucun

· Le magasin à poudre du Donjon (1724 - 1734) est un magasin permanant non protégé d’une capacité de 18 tonnes de poudre noire. Il ne possède plus de poudre après 1880.

· Le magasin à poudre H (1724 - 1734) est un magasin permanant non protégé type Vauban d’une capacité de 67.7 tonnes de poudre noire. Il ne possède plus de poudre après 1880.

· Le magasin à poudre Q mi-caverne à une capacité de 46.2 tonnes de poudre noire. Il contient un stockage de 2.15 tonnes de poudre B en 1914.

· Le magasin à poudre R mi-caverne à une capacité de 60 tonnes de poudre noire. Il contient un stockage de 7,5 tonnes de poudre noire et 400 gargousses de 95 de poudre noire en 1914.

· Le magasin caverne B possède un stockage de 700 gargousses de 90 de poudre B et de 400 gargousses de 95 de poudre noire en 1914.

· Aucun car les munitions sont stockées dans le magasin sous-roc.

Boulangerie

 

Cuisine

Puits et citernes

 

 

Pont de l’entrée principale

· 2 fours à bois permanents d’ancien modèle de 270 rations chacun.

· Plusieurs fourneaux de cuisine de marque inconnue

· 1 citerne de 1725 m³ alimentée par une conduite qui capte l’eau dans la source de la Troncha et 1 citerne de 60 m³ alimentée par les eaux de pluie.

· 1 pont levis ancien modèle à l’entrée

· 1 pont-levis en zig-zag ou à parallélogramme à la porte du Donjon.

Télégraphie optique

Télégraphie électrique

Eclairage en 1914

· Aucune

· Avec le fort du Château

· Lampes à pétrole pour l’intérieur du fort

 

1878

1879

1881

1893

Pièces de rempart

du fort

15 canons de 24

4 canons de 12 de place

10 canons de 138

5 canons de 7

13 canons de 138

5 canons de 7

2 canons de 90

Cuirassements et casemates

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement, il n’y a pas de fossés.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

Nb de pièces

19

15

15

20

Etat du fort pendant la Première Guerre Mondiale

 

· Fin 1915, désarmement progressif du fort suite au décret du 5 août pour envoyer les pièces d’artillerie et les munitions sur le front.

· En 1916, le fort  est complètement désarmé suite au décret du 5 août 1915 et au changement de camp de l’Italie qui s’alliera avec la triple Entente en mai 1915.

· 1930-1939, pendant l’entre deux guerres, les nouvelles tensions internationales feront que cet ouvrage est maintenu en état pour héberger les troupes du secteur.

 

Armement du fort entre 1935 et 1940

 

Le fort est complètement désarmé