www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier-Rideau du Jura

La place d’Albertville

Le secteur de Chamousset

La haute Maurienne

La place de Bourg-st-Maurice

La place de Lyon

La place de Grenoble

La place de Briançon

Le fort du château et son enceinte

La position de Rampes

La position du Gondran

L’ouvrage du Gondran A

L’ouvrage du Gondran B

L’ouvrage du Gondran C

L’ouvrage du Gondran D

Le fort et le blockhaus du Janus

L’ouvrage des Aittes

Le magasin de l’Infernet

Le fort de l’Infernet

Le casernement de la Cochette

Le fort de l’Olive

Les retranchements Berwick

La position de Lenlon

Le magasin de Lenlon

Le blockhaus de Lenlon

La position du Granon

La position de la Grande Maye

Le blockhaus de la Grande Maye

Le fort de la Croix de Bretagne

La position de la Lauzette

Le blockhaus de la Lauzette

Le fort des Têtes

La Communication Y

Le fort du Randouillet

Le fort Dauphin

Le fort d’Anjou

La redoute du point du jour

Le pont d’Asfeld

La redoute des Salettes

La batterie de la Croix de Toulouse

Le blockhaus de Malfosse

La citadelle de Mont-Dauphin

La place de Tournoux

L’avancée de Nice

La place de Nice

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Le noyau central et le Château de Briançon ou le fort du Château et son enceinte

Le fort du Château est le premier ouvrage bastionné de la ville, construit à 1290 mètres d’altitude par Vauban qui modernisera l’ancienne fortification médiévale. Sa mission est de contrôler la vallée de la Durance où passe la route venant de Turin. Pour cela, il possède une enceinte qui protège la ville d’où l’accès s’effectue grâce à deux portes appelées Pignerol et d’Embrun. En 1832, le fort est modernisé par Haxo qui y aménagera plusieurs casemates d’artillerie sous roc pour pièces de 12 ou de 24. Mais, après la guerre de 1870, l’ouvrage est rattaché au Système Séré de Rivières en devenant l’ouvrage principal du noyau central où se trouve les différents postes de commandement, d’armement et d’intendance de la place.

L’armement du fort à la veille de la Grande Guerre

 

Pièces de rempart de l’ouvrage

10 canons de 90 sur affût de Siège et Place  approvisionnés à 100 coups/pièce.

 

Arsenal

Réserve et rechanges

4 canons de 65 de montagne

6 canons de 155 C

4 canons de 95 de campagne

10 canons de 90

4 mortiers lisses de 27

4 mortiers lisses de 22

6 mortiers lisses de 15

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

 

Total 48 pièces d’artillerie

 

Les différents éléments extérieurs à proximité du fort en 1914

 

Batteries d’artillerie

Aucunes

 

Ouvrages d’infanterie

Aucun

 

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

 

Dépôts intermédiaires

Aucun

 

Magasins de secteur

Aucun

Projet de modernisation

 

· Aucun projet de modernisation

 

 

Modernisations

 

· 1874 à 1879 construction d’un magasin à poudre sous roc nommé T

· 1879 à 1881 construction d’un magasin à poudre sous roc nommé U

· 1906-1912 Amélioration des plates–formes de tir.

En 1914, le fort du château  est un ouvrage non modernisé resté dans son état d’origine. Il fait partie des fortifications de première catégorie de la 14 ème région militaire. Son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement du fort en 1914

Armement du fort et cuirassements installés entre 1878 et 1893

Aujourd'hui, le château est un ouvrage visitable classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Deux passages couverts. Cliché VAUBOURG Julie

Une galerie taillée dans la Roche

Cliché VAUBOURG Julie

Vue sur le casernement et l’entrée du château.

Cliché VAUBOURG Cédric

Vue sur le fort du château et son enceinte depuis la batterie de la Croix de Toulouse.

Cliché VAUBOURG Julie

La porte d’entrée de Pignerol.

Cliché VAUBOURG Cédric

Vue sur les différents niveaux du Château.

Cliché VAUBOURG Cédric

Une casemate d’artillerie aménagée sous Haxo. Cliché VAUBOURG Cédric

Un magasin à poudre antérieur derrière l’entrée. Cliché VAUBOURG Julie

L’intérieur du magasin à poudre non protégé. Cliché VAUBOURG Cédric

Le fossé de gorge. Cliché VAUBOURG Julie

L’arrière des casernements. Cliché VAUBOURG Julie

Un magasin à poudre antérieur derrière l’entrée. Cliché VAUBOURG Julie

Les bâtiments près de l’entrée. Cliché VAUBOURG Julie

La galerie principale. Cliché VAUBOURG Cédric

L’accès à différents niveaux du Château. Cliché VAUBOURG Julie

Le différents niveaux du Château. Cliché VAUBOURG Julie

Le point haut du château. Cliché VAUBOURG Cédric

La statue la France placée au sommet du Château.

Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Haut de page

Le chemin de ronde. Cliché VAUBOURG Julie

Une casemate d’artillerie aménagée sous Haxo. Cliché VAUBOURG Cédric

Le point haut du château. Cliché VAUBOURG Cédric

Vue sur le château. Cliché VAUBOURG Julie

Le château et son enceinte vue depuis le fort des Têtes. Cliché VAUBOURG Julie

Dates de construction

 

 

Effectif

· 1690 à 1709 et 1791 pour le fort

· 1690 à 1709 pour l’enceinte de la ville

· 1832 à 1836 pour la modification du fort par Haxo

· Inconnu

Locaux à l’épreuve en 1914

Capacité des magasins à poudre

 

Capacité des magasins sous roc

 

Capacité du magasin aux cartouches

 

 

· Aucun

· 1 magasin à poudre ancien modèle non protégé type Vauban ne possédant pas de poudre noire en 1914.

· 22,354 tonnes de poudre noire dans le magasin U en 1914.

· 2,378 tonnes de poudre noire dans le magasin T en 1914.

· 800 cartouches de 90 remplies de poudre B dans le magasin T et 200 dans l’abri P.

Boulangerie

 

 

Cuisine

Puits et citernes

 

 

 

 

Pont de l’entrée principale

· 1 manutention V équipée de 6 fours à bois modèle Lespinasse de 300 rations et de 3 fours mobiles à bois modèle Lespinasse de 180 rations.

· Plusieurs fourneaux de cuisine de marque inconnue.

· 1 citerne de 350 m³ remplie par les eaux de chapes.

· Alimentation en eau du fort grâce à la conduite des Salettes d’un débit abondant pouvant alimenter la citerne du fort et 1 puits au parc au fourrage fonctionnant grâce à une pompe à main.

· 1 pont levis ancien modèle pour le château et plusieurs pont levis ancien modèle pour l’enceinte.

Télégraphie optique

 

Télégraphie électrique

 

 

 

 

 

 

 

 

Eclairage en 1914

· Avec le fort de l’Infernet à la mobilisation grâce à 4 sapeurs télégraphistes.

· Depuis le centrale de la place avec la citadelle de Mont-Dauphin et le fort du télégraphe par le biais des casernements du col du Galibier.

· Depuis le centrale de la place avec la batterie de la Croix de Toulouse, le fort de l’Olive, les baraquements du Granon, la commune du Plampinet, la commune de Montgenèvre, le fort des Têtes, le fort du Randouillet, les casernements de la Seyte, le fort de l’Infernet, la position de la Lauzette, la commune de Cervières et le fort de la Croix de Bretagne.

· Lampes à pétrole pour l’intérieur du fort.

 

1878

1879

1881

1893

Pièces de rempart

du fort et de son enceinte

10 canons de 12 de place

Arsenal

Réserve et rechanges

 ????

4 mortiers lisses de 27

4 mortiers lisses de 22

6 mortiers lisses de 15

1 canon de 155 L

3 canons de 138

2 canons de 95

1 canon de 7

6 canons à balles

4 mortiers lisses de 27

4 mortiers lisses de 22

6 mortiers lisses de 15

1 canon de 155 L

10 canons de 138

6 canons de 95

5 canons de 7

4 canons de 12

6 canons à balles

4 mortiers lisses de 27

4 mortiers lisses de 22

6 mortiers lisses de 15

Cuirassements et casemates

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement, il n’y a pas de fossés.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

Nb de pièces

10

24

37

56

Effectif prévu de la réparation de la garnison de guerre dans le fort et le noyau central en 1914 d’après l’instruction du 30 juillet 1909

Briançon Commune

· Infanterie: 8 officiers, 500 soldats et 2 chevaux du 159ème RI

· Artillerie: 90 soldats du 11ème régiment d’artillerie à pied et 1 officier

131 soldats, 116 chevaux et 16 voitures du 6ème régiment d’artillerie de campagne

4 officiers, 200 soldats, 302 chevaux du 6ème régiment territorial d’artillerie de campagne

· Génie: 4 soldats

· Services divers: 4 officiers, 320 soldats, 453 chevaux et 6 voitures de la 26ème

compagnie du train des équipages

568 commis ou ouvriers de la section active et territoriale

239 infirmiers de la section active et territoriale

2 officiers et 27 douaniers

4 officiers et 64 forestiers

3 officiers, 12 télégraphistes et 3 chevaux

4 officiers, 1 vétérinaire et 1 cheval du service vétérinaire

133 chevaux du Service des transports

120 chevaux du service des sections de mitrailleuses

1 Gouverneur, 2 hommes et 4 chevaux pour le Gouverneur

8 officiers, 15 hommes et 13 chevaux pour l’Etat Major

2 officiers et 4 chevaux du commandement de réserve de la place

22 officiers, 19 hommes et 22 chevaux de l’état major de l’artillerie

32 officiers, 19 hommes et 23 chevaux de l’état major du Génie

13 officiers, 2 hommes et 2 chevaux de la Direction des services de l’intendance

46 officiers, 1 homme et 1 cheval de la Direction des services Médicaux

5 officiers pour les services Religieux

1 officier, 28 gendarmes et 6 chevaux pour la Gendarmerie

Soit un total de 158 officiers, 2188 hommes, 1235 chevaux et 27 voitures

Briançon Ville

· Infanterie: 25 officiers, 1056 soldats et 15 chevaux du 119ème Régiment Territorial

· Artillerie: Aucun

· Génie et Services divers: 20 télégraphistes

Soit un total de 25 officiers, 1076 hommes et 15 chevaux

 

Casernes Colaud et Berwick

· Infanterie: 13 officiers, 514 soldats, 135 chevaux et 18 voitures du 159ème RI

41 officiers, 1592 soldats, 25 chevaux et 4 voitures du 359ème RI

· Artillerie: Aucun

· Génie et Services : Aucun

Soit un total de 54 officiers, 2106 hommes, 160 chevaux et 22 voitures

 

Casernes du Vauld, du Hym d’Humbert

· Infanterie: 19 officiers, 1025 soldats, 7 chevaux du 120ème Régiment Territorial

· Artillerie: Aucun

· Génie et Services : Aucun

Soit un total de 19 officiers, 1025 hommes et 7 chevaux

Effectif à la mobilisation en 1914 à la première heure

Briançon - Sainte Catherine

· Infanterie: 6 officiers et 173 soldats du 159ème RI

· Artillerie: Aucun

· Génie et services divers : Aucun

Soit un effectif de 179 hommes

Etablissements militaires de la place

· Infanterie: 61 soldats du 159ème RI

· Artillerie: 12 soldats du 11ème Régiment d’Artillerie à Pied

· Génie et services divers : Aucun

Soit un effectif de 73 hommes

Etat du fort pendant la Première Guerre Mondiale

 

· Fin 1915, désarmement progressif du fort suite au décret du 5 août pour envoyer les pièces d’artillerie et les munitions sur le front.

· En 1916, le fort  est complètement désarmé suite au décret du 5 août 1915 et au changement de camp de l’Italie qui s’alliera avec la triple Entente en mai 1915.

· 1930-1939, pendant l’entre deux guerres, les nouvelles tensions internationales feront que cet ouvrage est maintenu en état pour héberger les troupes du secteur.

 

Armement du fort entre 1935 et 1940

 

Le fort est complètement désarmé