www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Le fort d’Hauteville ou fort Carnot

Le fort d’Hauteville est construit à 250 mètres d’altitude au nord-ouest de la place. Il protège les intervalles entre le fort de la Motte-Giron et celui d’Asnières. Il surveille aussi la route de Paris, le plateau au Nord ouest de Dijon et il appui les forts de la Motte-Giron et d’Asnières. Il possède une action lointaine sur la route de Val-Suzon, les hauteurs de Prénois et d’Etaules et une action rapprochée sur les croupes du bois Ventoux, des Grands Champs et du Chêne d’Observe. Son armement est renforcé par deux batteries d’artillerie annexes sans obstacle.

Projet de modernisation

 

· Pas de projet de modernisation

 

Modernisations

 

· Aucune

Armement du fort  et cuirassements installés entre 1879 et 1890

En 1914, le fort d’Hauteville est un ouvrage non modernisé en maçonnerie classé en troisième catégorie pour soutenir les troupes de campagne. Son armement principal est placé à l’air libre. Il appartient à la 8ème région.

Photo allemande de l’entrée du fort en 1940 © Lionel PRACHT

Le casernement. © Michel TRUTTMANN

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, le fort servira d’extension de la prison de Dijon pour les Juifs et les prisonniers politiques qui seront acheminés vers le camp de Drancy.

Le fort est occupé par l’armée jusqu’en 2006, puis il est vendu à la commune de Hauteville-lès-Dijon en 2010.

Aujourd’hui, cet ouvrage exceptionnel est inscrit aux monuments historiques. Son accès est interdit.

L’armement du fort à la veille de la Grande Guerre

 

Pièces de rempart de sûreté du fort

2 canons de 120 long sur affût SP  approvisionnés à 600 coups/pièce.

12 canons de 90 sur affût de campagne approvisionnés à 300 coups/pièce

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

1 caponnière double détachée de gorge armée de 2 canons révolver

approvisionnés à 1800 coups/pièce et de 2 canons de 12 culasse

approvisionnés à 150 coups/pièce.

1 caponnière double armée de 2 canons révolver

approvisionnés à 1800 coups/pièce et de 2 canons de 12 culasse

approvisionnés à 150 coups/pièce.

1 caponnière simple armée d’1 canon révolver

approvisionné à 1800 coups et d’1 canon de 12 culasse

approvisionné à 150 coups.

 

 

Total 24 pièces d’artillerie

 

 

 

 

 

Les différents éléments extérieurs à proximité du fort en 1914

 

Batterie d’artillerie

2 batteries d’artillerie annexes armées de canons de 90 sur affût de campagne

compris dans l’armement du fort

Ouvrage d’infanterie

Aucun

Abri de combat et abri caverne

Aucun

Dépôt intermédiaire

Aucun

Magasin de secteur

Aucun

Equipement du fort en 1914

Etat du fort pendant la Première Guerre Mondiale

 

Fin 1915, désarmement progressif du fort pour envoyer les pièces sur le front.

En mars 1916, il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction de l’ouvrage en cas d’approche de l’ennemi.

En 1917, le fort sert de base arrière, ses casernements sont électrifiés pour l’éclairage.

Détail d’une bielle du pont levis cas unique dans les fortifications Séré de Rivières

© Michel TRUTTMANN

Photo allemande d’allemands à l’entrée du fort en 1940

© Lionel PRACHT

Des soldats français à l’entrée du fort

© Lionel PRACHT

La rue des remparts entre les saillants 1 et 2. © Lionel PRACHT

Le casernement à étage. © Michel TRUTTMANN

L’entrée du fort et sa porte métallique.

 © Michel TRUTTMANN

La façade du corps de garde à l’entrée du fort.

 © Michel TRUTTMANN

Détail d’une bielle du pont levis

© Michel TRUTTMANN

Détail du système de blocage du pont levis

© Michel TRUTTMANN

La galerie principale derrière l’entrée du fort

© Michel TRUTTMANN

La galerie principale derrière l’entrée du fort

© Michel TRUTTMANN

L’accès à la caponnière détachée de gorge

© Michel TRUTTMANN

Détail d’une rampe d’escaliers

© Michel TRUTTMANN

Détail d’une rampe d’escaliers

© Michel TRUTTMANN

Des portes d’époque à l’intérieur du fort

© Michel TRUTTMANN

L’intérieur de la caponnière double détachée de gorge

© Michel TRUTTMANN

Rectangle à coins arrondis: Haut de page

 

1879-1880

1884

1890

Pièces de sureté de rempart

du fort

4 canons de 155L

8 canons de 120 long

6 canons de 7

4 canons de 8 de campagne

4 mortiers lisses de 27

4 mortiers lisses 15 cm

4 canons de 155L

6 canons de 138

8 canons de 120 long

3 mortiers lisses de 22

Cuirassements et casemates

 

Défense des fossés

5 canons de 4  de campagne

5 canons à balles

5 canons de 4 de campagne

5 canons révolver

5 canons de 12 culasse

5 canons révolver

Batteries d’artillerie annexes

de droite

de Gauche

 

8 canons de 95

12 canons de 95

 

10 canons de 5 répartis dans les 2 batteries annexes

Nombre de pièces

56

42

42

Capacité du casernement à l’épreuve

 

Capacité des casernements en maçonnerie

Capacité des magasins à poudre

 

Capacité des magasins aux cartouches

 

 

· Aucun

· 640 places couchées

· 2 magasins d’une capacité de 57 tonnes de poudre noire chacun

· 1 magasin d’une capacité inconnue

Cuisine

Boulangerie

 

Puits et citernes

 

 

Pont de l’entrée principale

· 2 cuisinières de marque François Vaillant

· 1 boulangerie de 2 fours de 200 rations fonctionnant au bois ou au charbon

· 4 citernes de 596 m3 alimentées par les eaux pluviales. L’eau est récupérée par des pompes après avoir été filtrée par des filtres Chamberlan.

· Un pont levis à bielles

Communication liaison optique

Communication télégraphe électrique

 

 

Eclairage en 1914

· Aucune

· Avec le central de l’Arsenal de l’Artillerie par le biais des dessertes nord et sud grâce à un appareil microphone système Ader et un morse de campagne modèle 1907

· Lampes à pétrole ou à bougie pour l’intérieur du fort, pas d’éclairage pour les fossés.

Effectif à la mobilisation du fort et du village de Hauteville-lès-Dijon

 

· 1/2 compagnie du 58 ème RI Territoriale de 125 hommes 1 compagnie de réserve d’étapes de 250 hommes

· 1 section de mitrailleuses : 18 hommes

· Détachement de l’artillerie : 86 hommes

· Auxiliaires adjoints à la garnison du fort : 20 hommes

· Auxiliaires adjoints à l’artillerie : 80 hommes

· Auxiliaires travailleurs du génie : 40 hommes

· Auxiliaires travailleurs de l’infanterie : 100 hommes

· COA et infirmiers : 8 hommes

Soit un effectif de 473 hommes

Garnison de sûreté du fort en 1914

 

· 1 officier, 22 sous-officiers

· 112 soldats

Soit un effectif de 135 hommes

Dates de construction

Coût des travaux en 1880

 

Effectif 653 hommes

· 11 septembre 1877 - 1880

· 1 200 000 Frs

 

· 10 officiers, 35 sous-officiers et 608 soldats

· 1 infirmerie pouvant recevoir 2 malades

· 1 écurie pouvant recevoir 1 cheval