La redoute de Saint-Apollinaire est un ouvrage de la 2ème ligne de défense construit à l’Est de la place à 290 mètres d’altitude. Sa mission est d’empêcher après la chute des premières lignes et du fort de Varois, l’occupation par l’ennemi des hauteurs qui permettraient de menacer la ville. Elle permet aussi de compléter la défense des intervalles entre la batterie d’Asnières, le fort de Varois et le fort de Sennecey, en ayant une action lointaine dans la direction de la Rente-Rouge et une action rapprochée sur la plaine entre Ruffey, Saint-Apollinaire et Varois.

Projet de modernisation

 

· Pas de projet de modernisation

 

Modernisations

 

· Aucune

Armement de la redoute et cuirassements installés entre 1879 et 1890

En 1914, la redoute de Saint-Apollinaire est un ouvrage non modernisé en maçonnerie classé en troisième catégorie pour soutenir les troupes de campagne. Son armement principal est placé à l’air libre. Il appartient à la 8ème région.

Le casernement de la redoute

© VAUBOURG Julie

Le passage couvert de la galerie de l’entrée. © VAUBOURG Cédric

Dans les années 30, 4 cuves anti-aériennes équipées de pièces de 75 sur affût anti-aérien modèle 1915 seront aménagées sur le rempart. Un baraquement sera construit sur les casernements pour diriger les pièces de DCA qui devaient protéger la ville des bombardements.

Aujourd’hui, cette redoute en bon état, est classée aux monuments historiques, elle est aménagée en parc sportif et est d’accès libre.

L’armement de la redoute à la veille de la Grande Guerre

 

Pièces de rempart de sûreté du fort

6 canons de 90 sur affût de campagne approvisionnés à 300 coups/pièce

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

1 caponnière double armée de 2 canons révolver

approvisionnés à 1800 coups/pièce et de 2 canons de 12 culasse

approvisionnés à 150 coups/pièce.

1 caponnière simple armée d’1 canon révolver

approvisionnés à 1800 coups et d’1 canon de 12 culasse

approvisionnés à 150 coups.

 

 

Total 12 pièces d’artillerie

 

 

 

 

Les différents éléments extérieurs à proximité de la redoute en 1914

 

Batterie d’artillerie

Aucune

 

Ouvrage d’infanterie

Aucun

Abri de combat et abri caverne

Aucun

Dépôt intermédiaire

Aucun

Magasin de secteur

Aucun

Equipement de la redoute en 1914

Etat de la redoute pendant la Première Guerre Mondiale

 

Fin 1915, désarmement progressif de la redoute pour envoyer les pièces sur le front.

En mars 1916, il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction de l’ouvrage en cas d’approche de l’ennemi.

En 1917, la redoute sert de base arrière, ses casernements sont électrifiés pour l’éclairage.

L’arrière des chambrées du casernement de la redoute

© VAUBOURG Cédric

Une des quatre cuves anti-aériennes modèle 1915 pour canon de 75 aménagées au dessus des casernements du fort pendant l’entre deux guerres. © VAUBOURG Julie

La façade du casernement de la redoute en 1947

© Tous droits réservés

La rue des remparts entre les saillants 1 et 2. © VAUBOURG Julie

Le passage couvert de la galerie principale. © VAUBOURG Julie

La redoute de Saint-Apollinaire

L’entrée de la redoute. Cliché VAUBOURG Julie

L’entrée de la redoute. Cliché VAUBOURG Julie

Les créneaux de fusillade qui protègent l’entrée.

Cliché VAUBOURG Julie

La façade du corps de garde intérieur. Cliché VAUBOURG Cédric

La façade des casernements. Cliché VAUBOURG Julie

Détail d’un des créneaux de fusillade.

Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

Une chambrée des casernements de troupe. Cliché VAUBOURG Cédric

Le magasin d’artillerie. Cliché VAUBOURG Cédric

La cuisine et le magasin aux vivres. Cliché VAUBOURG Julie

La galerie principale.

Cliché VAUBOURG Julie

La façade des casernements. Cliché VAUBOURG Cédric

Une des galeries menant à la rue des remparts. Cliché VAUBOURG Julie

Un passage couvert. Cliché VAUBOURG Julie

Une traverse abri dans la rue des remparts. Cliché VAUBOURG Cédric

Une des galeries menant à la rue des remparts.

Cliché VAUBOURG Julie

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

 

1879

1884

1890

Pièces de sureté de rempart de la redoute

4 canons de 155L

6 canons de 120 long

4 canons de 8 de campagne

4 canons de 95

4 canons de 155L

6 canons de 120 long

4 canons de 8 de campagne

4 canons de 5

7 canons de 155L

9 canons de 120 long

6 canons de 8 de campagne

2 canons de 5

Cuirassements et casemates

 

Défense des fossés

3 canons de 4 de campagne

6 canons à balles

3 canons de 4 de campagne

3 canons révolver

3 canons de 12 culasse

3 canons révolver

Nombre de pièces

27

24

30

Dates de construction

 

Effectif 348 hommes

· 1876 - 1878

 

· 4 officiers

· 168 soldats

· Pas d’infirmerie

· Une écurie dans un baraquement extérieur où loge le gardien de batterie

Capacité du casernement à l’épreuve

 

Capacité des casernements en maçonnerie

Capacité du magasin à poudre

Capacité des magasins aux cartouches

 

 

· Aucun

· 172 places couchées

· 38 tonnes de poudre noire

· Inconnue

Cuisine

Boulangerie

 

Puits et citernes

 

Pont de l’entrée principale

· 1 à 2 cuisinières de marque François Vaillant

· Pas de boulangerie, le pain provient certainement de la manutention de la place

· Pas de citerne, le fort est alimenté par 1 puits à fort débit possédant une pompe et un filtre Chamberlan,

· Pas de pont à l’entrée

Communication liaison optique

Communication télégraphe électrique

 

 

Eclairage en 1914

· Aucune

· Avec le central de l’arsenal de l’artillerie grâce à un appareil microphone système Ader et un morse de campagne modèle 1907

· Lampes à pétrole ou à bougie pour l’intérieur du fort, pas d’éclairage pour les fossés.

Effectif à la mobilisation de la redoute et des fermes alentours

 

· 1/2 compagnie du 58 ème RI Territoriale de 125 hommes

· Détachement de l’artillerie : 39 hommes

· Auxiliaires adjoints à la garnison du fort : 20 hommes

· Auxiliaires adjoints à l’artillerie : 60 hommes

· Auxiliaires travailleurs du génie : 40 hommes

· Auxiliaires travailleurs de l’infanterie : 100 hommes

· COA et infirmiers : 6 hommes

Soit un effectif de 388 hommes

Garnison de sûreté de la redoute en 1914

 

· 1 officier, 12 sous officiers

· 60 soldats

Soit un effectif de 73 hommes