Depuis 1885, la place est équipée d’un parc à ballons captifs destinés à l’observation des lignes ennemies. Il se situe au centre ville de Golbey.

Mais, avec l’arrivée d’un nouveau moyen de défense, le dirigeable, Epinal se voit alors équipée d’un port d’attache comme les places fortes de Maubeuge, Verdun, Toul et Belfort.  Pour accueillir ces gros cigares volants, on choisit le plateau de la Louvroie sur la commune de Golbey afin de construire ce port d’attache éloigné de toutes habitations.

Les travaux commencent en 1910, après le décret d’utilité publique du 1er juin 1909. Le port d’attache est appelé parc à dirigeables de la Louvroie ou quartier Renard. Sa construction dure deux ans.

Propriété militaire, il appartient au régiment d’aérostiers de la place.

Le ravitaillement du parc en vivres et en munitions s’effectue par voie de  60.

 

En 1912, le port d’attache reçoit un autre hangar pour un deuxième dirigeable.

 

 

La garnison du port d’attache de la Louvroie, de l’aérodrome de Dogneville et du parc à ballons de Golbey se compose de 4 officiers, 17 sous-officiers, 27 caporaux et 280 soldats.

 

En 1914, le port d’attache possède :

· 1 hangar en fer et en verre de 100x30 m abritant le dirigeable Capitaine Ferber.

· 1 hangar en fer et en verre de 150x40 m abritant le dirigeable Commandant Coutelle.

· Plusieurs baraquements pour héberger les aérostiers.

· 1 château d’eau.

· 1 usine Lelarge type semi-fixe.

· 1 usine Lelarge sur  roues

· 1 atelier de tailleurs.

· Plusieurs magasins contenant le matériel de réserve de guerre et du service courant pour les aérostiers.

 

Le port d’attache recevra les dirigeables Capitaine Ferber et Commandant Coutelle qui seront détruits pendant les deux premières années de la Grande Guerre.

Fin 1916, afin de remplacer le dirigeable Commandant Coutelle, le port reçoit son dernier dirigeable, le Pilâtre-de-Rozier.

 

Après le crash du Pilâtre-de-Rozier en février 1917, les dirigeables sont affectés à la marine. Le port d’attache d’Épinal, qui n’a plus de dirigeable, perd ses deux hangars qui sont démontés en 1918. Une partie des éléments seront envoyés dans le Var au centre de dirigeables de Cuers-Pierreffeu pour construire un deuxième hangar qui sera inauguré en 1922.

À la Louvroie, un hangar plus petit sera reconstruit à la place du hangar du Ferber pour recevoir des petits dirigeables appelés moto-ballon.

Le parc sera utilisé jusqu'au début de la deuxième Guerre Mondiale avant d’être complètement abandonné.

Démonté dans les années 50, il reste encore quelques traces aujourd’hui comme des lavoirs, des fondations de bâtiments et l’emplacement des deux hangars.

 

Le Commandant Coutelle

 

C’est le deuxième dirigeable de la place, il arrive après la fin de la construction de son hangar le 26 août 1913. Il provenait de l’aérodrome de Saint-Cyr. Fabriqué par la société Zodiac, il est plus grand que son frère, le Ferber, car il mesure 90 mètres de long et son enveloppe est gonflée par 10.000m³ d’hydrogène. C’est un bombardier qui est capable d’effectuer des vols lointains, il peut voler à plus de 60 km/h grâce à ses deux moteurs de 100 chevaux. Il s’écrasera le 22 septembre 1915 à cause d’un obus allemand qui le touchera dans les Ardennes.

 

 

 

Le Lieutenant Chauré

 

Depuis sa création en 1910, le parc de la Louvroie est devenu un important centre d’aérostation. Il devient comme Toul, un lieu de fabrication à dirigeable. Le dirigeable Lieutenant Chauré a été assemblé à Épinal avant d’être affecté à la place forte de Belfort. Ses premières pièces arrivent à la Louvroie fin mai 1913, il sera terminé le 10 août de la même année.

 

 

 

 

 

 

Le dirigeable Pilâtre-de-Rozier

 

C’est le dernier dirigeable du port d’attache. Il est construit par la société Astra aéronautique. Il possède une enveloppe de 1300m³ qui lui permet de transporter près d’1,3 tonnes de bombes. Le Pilâtre-de-Rozier est mis en service en novembre 1915, il peut voler à 70 km/h.

Il sera affecté au terrain d’aviation d’Issy les Moulineaux, puis à la place forte de Toul en septembre 1916, avant d’être définitivement affecté au parc de la Louvroie le 9 novembre 1916. Ce dirigeable est manœuvré avec une grande partie de l’équipage du Commandant Coutelle. Il effectuera avec succès, du 27 au 28 décembre 1916, une première mission de bombardement sur les usines Stumm-Halberg à Neunkirchen. Il repartira d’Épinal le 23 février 1917 avant de s’écraser en Alsace près de la commune de Vœllerdingen-Reichsland. Le crash et l’explosion des munitions tueront la totalité de l’équipage.

 

 

 

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal 

L’ouvrage du Bois de la Vigne

L’abri de combat de Dogneville

Le fort de Dogneville

La batterie annexe ouest

Le dépôt de Dogneville

Le secteur de Dogneville

L’abri de combat Haye du Pin

L’ouvrage de Saint Adrien

L’abri de combat St Limon

Le dépôt de Sainte Limon

L’abri de combat Longchamp N

Le fort de Longchamp

Le retranchement ouest

Le retranchement est

La batterie cuirassée de 155R

La  batterie cuirassée de155C

L’ouvrage de Longchamp Sud

Le secteur de Longchamp

Les terrains d’aviation

La batterie de la Voivre

Le magasin du Saut le Cerf

L’ouvrage de la Boucherante

L’abri de combat Bois des Sots

L’abri de combat de Deyvillers

L’ouvrage de Deyvillers

L’ouvrage du Saint-Oger

L’ouvrage des Adelphes

Le fort des Adelphes

Secteur Adelphes - Deyvillers

L’abri de combat Malgré-moi

Le dépôt des Carrières

Le fort de Razimont

L’ouvrage de Préfoisse - A

L’abri de combat de Préfoisse

L’ouvrage de Vorpaille - B

La redoute de Vorpaille

L’ouvrage de Ste Barbe - C

L’abri de combat de Ste-Barbe

L’ouvrage de Cumay - D

La redoute de Cumay

Le fort de La Mouche

Secteur  Razimont - la Mouche

Le magasin de la Vierge

Le fort d’Arches

Le dépôt du Bois d’Arches

Les redoutes du Bois d’Arches

Le réduit  du Bois d’Arches

Le fort du Bambois

La redoute de Conefosse

Le dépôt de l’Etang de Bult

La redoute de Viragoutte

Le réduit des Friches

La batterie Est

La batterie ouest

La redoute de Naymont

Le fort du Roulon

La redoute Nord du Roulon

Secteur Bois d’Arches, Roulon

Le réduit A du Thiéha

La batterie B

La batterie C

La batterie D

Le tunnel du Thiéha

La redoute de la Grosse Poichotte

Les redoutes de Renaubier

La redoute du cavalier sud

Le fort de Girancourt

La redoute Nord de Girancourt

Les ouvrages de Chaumousey

Le dépôt de Chaumousey

L’ouvrage de Bouzey

La batterie de Sanchey

L’ouvrage de Sanchey

Secteur Thiéha - Sanchey

La station de la Cense Billot

Le magasin de la Cense Billot

Le magasin de Saint Antoine

Le magasin de Bois le Duc

Le magasin de Beau Désir

Le magasin d’Olima

Le magasin de Chantraine

Le magasin de la Louvroie

Le parc de la Louvroie

L’ouvrage Uxegney-sud

Le fort d’Uxegney

L’ouvrage Uxegney-Nord

Le fort de Bois l’Abbé

Le fort de la Grande Haye

L’abri de combat Haye  du Doyen

Le magasin de Golbey

L’ouvrage de la Seurie

Secteur Uxegney - Golbey

Les ouvrages de la Justice

Le dépôt de Beau-site

Les ouvrages de Laufremont

Les ouvrages de Chantraine

Le Noyau central

Les casernes

Les batteries d’artilleries

Divers

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Les hangars de la Louvroie en 1913. Coll. Particulière

Un moto ballon avant la seconde Guerre Mondiale. Archives de Golbey

Rectangle à coins arrondis: Haut de page

Le Capitaine Ferber

 

C’est le premier dirigeable qui arrive à Epinal, il est construit par la société Zodiac. Sa première sortie s’effectue le 9 juin 1913, après avoir reçu son enveloppe au mois de novembre de l’année précédente. Il mesure 74 mètres de long et son enveloppe est rempli de 6.000m3 d’hydrogène. Il peut voler à plus de 60 km/h, grâce à ses deux moteurs de 100 chevaux. C’est un dirigeable école qui sert à enseigner la manœuvre des engins aux aérostiers.

Le dirigeable est à l’abri dans un hangar qui mesure 25 mètres de haut, il est gardé par deux portes de 15 mètres de large qui pèsent 28 tonnes chacune. Pendant la 1ère guerre, le dirigeable effectuera plusieurs missions de bombardements avant d’être détruit par l’artillerie ennemie à l’automne 1914.

Carte postale du quartier Renard et de ses deux hangars avant la Grande Guerre

© Lionel PRACHT

 

Manœuvre du dirigeable capitaine Ferber à la Louvroie © VAUBOURG Cédric

Manœuvre du dirigeable Capitaine Ferber à la Louvroie © VAUBOURG Cédric

Carte postale du dirigeable Capitaine Ferber dans son hangar © VAUBOURG Cédric

Carte postale de la sortie du dirigeable Capitaine Ferber de son hangar © VAUBOURG Cédric

Carte postale de la sortie du dirigeable Capitaine Ferber de son hangar © VAUBOURG Cédric

Carte postale de la sortie du dirigeable Commandant Coutelle de son hangar

© VAUBOURG Cédric

Manœuvre du dirigeable Commandant Coutelle à la Louvroie © VAUBOURG Cédric

Le dirigeable Commandant Coutelle en vol © Bettina Marthinet

Le parc à dirigeable avant la Grande Guerre.

Carte postale des hangars de la Louvroie en 1913. © VAUBOURG Cédric

Carte postale des hangars de la Louvroie en 1913. © VAUBOURG Cédric

Le hangar du dirigeable Commandant Coutelle en construction. © VAUBOURG Cédric

Le parc à dirigeables pendant l’entre deux guerres

Des avions au parc à dirigeables. © VAUBOURG Cédric

Vue sur Epinal et le parc à dirigeables. © VAUBOURG Cédric

Un moto ballon au parc à dirigeables. © VAUBOURG Cédric

Le parc à dirigeables en 1937. Tous droits réservés

Le parc à dirigeable en 1937. Tous droits réservés

Le parc à dirigeables pendant la seconde guerre mondiale

Le hangar à moto-ballons construit pendant l’entre deux guerres. © VAUBOURG Cédric

Une pièce d’artillerie à l’intérieur du hangar. © VAUBOURG Cédric

L’intérieur du parc à dirigeables pendant l’occupation. © VAUBOURG Cédric

L’intérieur du parc à dirigeables pendant l’occupation. © VAUBOURG Cédric

Carte postale d’un avion au parc à dirigeables de la Louvroie avant la Grande Guerre

© VAUBOURG Cédric

 

Un lavoir près des baraquements. © VAUBOURG Cédric

L’entrée côté Chantraine. © VAUBOURG Cédric

L’emplacement des latrines près des baraquements. © VAUBOURG Cédric

Un lavoir près des baraquements. © VAUBOURG Cédric

Les vestiges du mur d’enceinte du parc à dirigeables. © VAUBOURG Cédric

Les fondations des baraquements. © VAUBOURG Cédric