Le fort du Mûrier est un fort à crête unique construit à 420 mètres d’altitude à l’est de la place. Sa mission est de surveiller avec le fort des Quatre Seigneurs, la Haute Isère et les hauteurs dangereuses du Pinet d’Uriage et de Combloup. Il assure aussi la défense des intervalles entre le fort du Bourcet et celui des Quatre Seigneurs. Son armement est renforcé par 4 batteries d’artillerie dont deux construites en même temps que le fort appelées batterie Haute et batterie Basse.

La particularité de cet ouvrage est de posséder deux magasins à poudre en forme de U

Une pièce de 95 sur affût de Siège et place  sur une plateforme de tir du fort

avant la Grande guerre. Collection Lionel PRACHT

Projet de modernisation

 

· 1913 Construction de deux batteries d’artillerie N°2 et N°3 à la mobilisation d’après un projet approuvé par le Ministre en 1913.

· 1910 Installation de 500 mètres de voie de 60 entre le magasin de secteur et le fort. Le transport du matériel sera assuré par 4 wagonnets. A défaut, le matériel devrait être réquisitionné chez les entrepreneurs de la ville à la mobilisation.

 

Modernisations

 

· 1890 Construction d’un magasin de secteur à 1 km en arrière du fort et à 500 mètres de la batterie haute.

Armement du fort et cuirassements installés entre 1879 et 1913

L’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Julie

Dans les années 30, 4 pièces anti-aériennes modèle 1915 armées de canons de 75 seront installées à l’extérieur de l’ouvrage pour protéger Grenoble des bombardements.

En janviers 1944, les nazis enfermeront une trentaine d’habitants des alentours dans le fort lors d’une rafle après des actes de résistance dont une douzaine seront envoyés en Allemagne dans des camps de concentration. Cinq d’entre eux n’en reviendront jamais.

Aujourd’hui, le fort est en bon état, il est classé depuis 1993 aux monuments historiques. Il appartient à la commune de Glières qui a fait d’importants travaux de restauration et qui a aménagé l’intérieur des locaux pour les associations du secteur. Accès uniquement sur autorisation. Plus de renseignements pour les visites  ttp://w.mairie-gieres.fr

L’armement du fort à la veille de la Grande guerre

 

Pièces de rempart du fort

8 canons de 90 sur affût de campagne approvisionnés à 500 coups/pièce.

2 mortiers lisses de 22 approvisionnés à 300 coups/pièce.

2 mortiers lisses de 15 approvisionnés à 300 coups/pièce.

1 section de 2 mitrailleuses de rempart modèle 1900

approvisionnées de 43008 cartouches.

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

2 caponnières doubles armées chacune de 2 canons révolver approvisionnés à 1800 coups/pièce.

Le fossé de gorge est défendu aux fusils depuis deux bastionnets ou depuis le chemin de ronde.

 

Total 18 pièces d’artillerie

 

Les différents éléments extérieurs du secteur du fort en 1914

 

Batteries d’artillerie

La batterie N°1 annexe Basse du Murier est armée de 8 canons de 90 sur affût SP

approvisionnés à 500 coups/pièce qui sont dirigés vers la Pererée côte 625 et la gare de Domène.

 

La batterie N°2 est armée de 4 canons de 120 long sur affût SP approvisionnés à 600 coups/pièce. Cette batterie doit être construite au plus tard à la mobilisation afin de sortir les pièces de gros calibre du fort, en attendant l’armement est placé en réserve au fort.

 

La batterie N°3 est armée de 2 canons de 155 long sur affût SP approvisionnés à 600 coups/pièce. Cette batterie doit être construite au plus tard à la mobilisation afin de sortir les pièces de gros calibre du fort, en attendant l’armement est placé en réserve au fort.

 

La batterie N°4 annexe Haute du Murier est armée de 12 canons de 95 sur affût SP

approvisionnés à 500 coups/pièce qui sont dirigés vers le clocher de Venon.

 

Ouvrages d’infanterie

Aucun

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

Dépôts intermédiaires

Aucun

Magasins de secteur

1 magasin caverne à proximité du fort permet de stocker les munitions pour le fort et les batteries d’artillerie

Communication liaison optique extérieure

Le poste optique de Combloup est placé à 3200 mètres au nord-est du fort du Mûrier sur le massif du même nom. Ce poste qui possédait à la mobilisation un effectif de 1 caporal et 3 sapeurs permettait de communiquer en 1914 avec:

· Le fort Rabot à 10 km grâce à un appareil à lentilles d’un calibre 24 cm qui doit être placé dans le poste à la mobilisation. Cet appareil est stocké en temps de paix à Grenoble au magasin du Génie au pavillon Sainte-Cécile.

· Le fort Barraux à 32 km grâce à un appareil à lentilles d’un calibre 30 cm qui doit être placé dans le poste à la mobilisation. Cet appareil est stocké en temps de paix à Grenoble au magasin du Génie au pavillon Sainte-Cécile.

 

En 1914, le fort du Mûrier est un ouvrage de deuxième ligne non modernisé en maçonnerie qui possède un magasin à poudre extérieur sous-roc à 500 mètres de l’ouvrage pour ses munitions. Son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement du fort en 1914

La boulangerie du fort.

  Cliché VAUBOURG Julie

Photo de prisonniers allemands pendant la Grande Guerre prise au fort. Collection Lionel PRACHT

Etat du fort pendant la première guerre mondiale

 

Fin 1915, désarmement progressif du fort pour envoyer les pièces sur le front.

En mars 1916, il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction de l’ouvrage en cas d’approche de l’ennemi.

En 1916 à 1918, le fort désarmé sert de base arrière et de prison pour les allemands.

Des soldats Français pendant la Grande guerre. Collection Lionel PRACHT

Les restes de l’affût anti-aérien modèle 1915 installé dans les années 30.

Cliché VAUBOURG Julie

La caponnière double du saillant 2. Cliché VAUBOURG Cédric

Un des deux bastionnets qui protège le fossé de gorge. 

Cliché VAUBOURG Julie

Le cartouche à l’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Julie

L’entrée du fort .  Cliché VAUBOURG Julie

La grille de l’entrée

Cliché VAUBOURG Cédric

Détail de l’entrée du fort

Cliché VAUBOURG Julie

Les créneaux de fusillade protégeant la porte blindée et l’entrée. Cliché VAUBOURG Cédric

Vue sur le fort depuis le saillant 1.  Cliché VAUBOURG Cédric

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Le passage couvert et le corps de garde de l’entrée.

Cliché VAUBOURG Julie

Détail du mécanisme du pont à bascule en dessous

Cliché VAUBOURG Julie

La façade des casernements.  Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

Une chambrée du casernement.  Cliché VAUBOURG Julie

Vue sur les casernements depuis les dessus du fort

Cliché VAUBOURG Julie

La façade des casernements. Cliché VAUBOURG Cédric

La façades des casernements.  Cliché VAUBOURG Julie

La façade des casernements.  Cliché VAUBOURG Julie

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier-Rideau du Jura

La place d’Albertville

Le secteur de Chaumousey

La haute Maurienne

La place de Bourg-st-Maurice

La place de Lyon

La place de Grenoble

La Bastille

Le fort Rabot

L’enceinte de ville

La batterie du Quichat

La batterie de Néron

Le fort du Saint-Eynard

Poste du Saint-Eynard

Magasin du Saint-Eynard

Batterie N°1

Batterie N°2

Batterie N°3

Le fort du Bourcet

Batterie annexe Basse N°1

Batterie N°2 de l’Essarton

Batterie N°3 de Jaux

Le fort du Mûrier

Magasin du Mûrier

Batterie annexe Basse N°1

Batterie N°2

Batterie N°3

Batterie Annexe Haute N°4

Poste de Combloup

Le fort des Quatre Seigneurs

Magasin des 4 Seigneurs

Batterie annexe N°1

Batterie N°3

Batteries N°3bis et N°4

Le fort de Montavie

Magasin de Montavie

Batterie N°1

Batterie N°2

Batterie N°2bis

Le fort de Comboire

La batterie N°1 et 1 bis

La batterie N°2

Le poste des Moucherottes

Batterie B des Engenières

Batterie C des Engenières

La place de Briançon

La place de Tournoux

L’avancée de Nice

La place de Nice

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mise à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Le fort du Mûrier ou fort Randon - le secteur du Mûrier et le poste optique de Combloup

Dates de construction

Coût des travaux en 1880

 

Effectif prévu 430 hommes en 1881

· avril 1875 - mai 1879

· 1 268 000 Fr or

 

· 16 officiers, 40 sous officiers et 440 soldats

· 1 infirmerie pour 30 malades

· Pas d’écurie

· 46 soldats à la batterie basse

 

1879

1884

1890

1913

Pièces de rempart

du fort

2 canons de 155 L

10 canons de 138

4 mortiers de 15

4 mortiers de 22

2 canons de 155 L

12 canons de 138

2 mortiers de 15

2 mortiers de 22

8 canons de 90

2 mortiers de 15

2 mortiers de 22

1 section de mitrailleuses

Cuirassements et casemates

 

Batterie haute et

batterie basse

6 canons de 7

4 canons de 138

10 canons de 7

4 canons de 120 L

6 canons de 90

12 canons de 95

 

Défense

des fossés

4 canons à balles

4 canons de 7

4 canons révolver

Nb de pièces

34

36

36

42

Capacité du casernement à l’épreuve

Capacité des casernements en maçonnerie

Capacité des deux magasins à poudre

Capacité du magasin aux cartouches

· Aucun

· 480 places couchées

· 154,8 tonnes de poudre noire à la construction du fort

· 1 088 600 cartouches à la construction du fort

Cuisine

 

Boulangerie

 

Puits et citernes

 

Pont de l’entrée principale

· 1 cuisinière type Choumara et une cuisinière type Charpin

· 1 four de 380 rations et 1 four portatif modèle Lespinasse de 180 rations installé à la mobilisation

· Pas de puits mais l’eau est récupérée dans une citerne de 225 m3. Il y a une fontaine à la batterie basse et une source très abondante dans le village des Muriers

· 1 pont à bascule en dessous

Communication liaison optique

Communication télégraphe électrique

 

 

Chauffage des locaux

Eclairage en 1914

· Aucune

· Avec le bureau central de la place à l’école de l’artillerie grâce à un appareil Morse et un microphone système Ader.

· 5 poêles de différents modèles

· Eclairage de l’intérieur du fort grâce à 18 chandeliers en cuivre, 34 chandeliers en fer blanc, 22 lampes de 10 lignes et 14 lampes portatives. Il n’y a pas d’éclairage pour les fossés.

Garnison normale prévue au fort en 1914

 

· Infanterie : 1 compagnie du 105ème Régiment d’infanterie de Grenoble

· Artillerie : 1/4 de la 6ème batterie du 11ème Régiment d’artillerie à Pied et 1/4 de la 7ème batterie du Groupe Territorial du 11ème Régiment d’artillerie à Pied

· Auxiliaires des places fortes : 150 hommes

· Génie : 1/2 section de la 1ère compagnie du 14ème Bataillon Territorial

· Télégraphie : 2 sapeurs télégraphistes

· COA : 5 hommes

· Service médicaux: 1 infirmier

Garnison normale pour le 1er secteur en 1914 en dehors des fortifications

(Montavie - 4 Seigneurs et Mûrier)

 

· Infanterie : Quelques hommes du 105ème Régiment d’infanterie.

· Artillerie : Aucun

· Auxiliaires des places fortes : Aucun

· Génie : Aucun

· Télégraphie : 4 sapeurs télégraphistes au centre du secteur

· COA : 8 hommes au centre du secteur

· Service médicaux: Aucun