La batterie du Quichat

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier-Rideau du Jura

La place d’Albertville

Le secteur de Chaumousey

La haute Maurienne

La place de Bourg-st-Maurice

La place de Lyon

La place de Grenoble

La Bastille

Le fort Rabot

L’enceinte de ville

La batterie du Quichat

La batterie de Néron

Le fort du Saint-Eynard

Poste du Saint-Eynard

Magasin du Saint-Eynard

Batterie N°1

Batterie N°2

Batterie N°3

Le fort du Bourcet

Batterie annexe Basse N°1

Batterie N°2 de l’Essarton

Batterie N°3 de Jaux

Le fort du Mûrier

Magasin du Mûrier

Batterie annexe Basse N°1

Batterie N°2

Batterie N°3

Batterie Annexe Haute N°4

Poste de Combloup

Le fort des Quatre Seigneurs

Magasin des 4 Seigneurs

Batterie annexe N°1

Batterie N°3

Batteries N°3bis et N°4

Le fort de Montavie

Magasin de Montavie

Batterie N°1

Batterie N°2

Batterie N°2 bis

Le fort de Comboire

Batterie N°1 et 1 bis

Batterie N°2

Le poste des Moucherottes

Batterie B des Engenières

Batterie C des Engenières

La place de Briançon

La place de Tournoux

L’avancée de Nice

La place de Nice

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mise à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

La batterie du Quichat est construite entre 1891 et 1893 au nord de Grenoble sur le massif du Quichat près de la commune de la Frette à 713 mètres d’altitude. Elle est placée entre la batterie de Néron et le Fort Saint-Eynard pour compléter la défense entre ces deux ouvrages. Cette batterie qui ressemble à sa voisine possède un petit casernement défensif pour 1 officier, 3 sous-officiers et 52 hommes, un magasin sous-roc tunnel et six emplacements de tir pour six pièces d’artillerie.

En 1914 l’armement de la batterie se composait de:

2 canons de 95 long sur affût de campagne approvisionnés à 500 coups/pièce qui sont dirigés sur le secteur de la scierie du Bret.

2 canons de 95 long sur affût SP approvisionnés à 500 coups/pièce qui sont dirigés sur le secteur de l’Eglise de Quaix.

2 canons de 95 long sur affût SP approvisionnés à 500 coups/pièce qui sont dirigés sur le secteur du Mont-Cul.

Cette batterie doit être reliée à la mobilisation par réseau de communication électrique avec le bureau central de la place à l’école de l’artillerie grâce à un appareil Morse et un microphone système Ader.

Garnison normale prévue pour la batterie en 1914

 

· Infanterie : 1/4 compagnie du 106Regiment d’infanterie Territorial de Bourgain

· Artillerie : 1/4 de la 16ème batterie du Groupe Territorial du 11ème Régiment d’artillerie à Pied

· Auxiliaires des places fortes : 50 hommes

· Génie : Aucun

· Télégraphie : 2 sapeurs télégraphistes

· COA : Aucun

· Service médicaux : 1 infirmier

Garnison normale pour le 3ème secteur en 1914 en dehors des fortifications

(Bastille - Quichat - Neyron - Saint-Eynard et Bourcet)

 

· Infanterie : 5 compagnie 1/2 du 105ème Régiment d’infanterie en réserve de secteur.

· Artillerie : Aucun

· Auxiliaires des places fortes : Aucun

· Génie : Aucun

· Télégraphie : 8 sapeurs télégraphistes au centre du secteur

· COA : 9 hommes au centre du secteur

· Service médicaux : Aucun