· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La place de Toul

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier-Rideau du Jura

La place d’Albertville

Le secteur de Chaumousey

La haute Maurienne

La place de Bourg-st-Maurice

La place de Lyon

La place de Grenoble

La Bastille

Le fort Rabot

L’enceinte de ville

La batterie du Quichat

La batterie de Néron

Le fort du Saint-Eynard

Poste du Saint-Eynard

Magasin du Saint-Eynard

Batterie N°1

Batterie N°2

Batterie N°3

Le fort du Bourcet

Batterie annexe Basse N°1

Batterie N°2 de l’Essarton

Batterie N°3 de Jaux

Le fort du Mûrier

Magasin du Mûrier

Batterie annexe Basse N°1

Batterie N°2

Batterie N°3

Batterie Annexe Haute N°4

Poste de Combloup

Le fort des Quatre Seigneurs

Magasin des 4 Seigneurs

Batterie annexe N°1

Batterie N°3

Batteries N°3bis et N°4

Le fort de Montavie

Magasin de Montavie

Batterie N°1

Batterie N°2

Batterie N°2 bis

Le fort de Comboire

Batterie N°1 et 1 bis

Batterie N°2

Le poste des Moucherottes

Batterie B des Engenières

Batterie C des Engenières

La place de Briançon

La place de Tournoux

L’avancée de Nice

La place de Nice

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mise à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Le fort de la Bastille - le fort Rabot et l’enceinte de ville

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

La Bastille et le fort Rabot sont deux ouvrages antérieurs au système Séré de Rivières construits sous Haxo. Ces fortifications placées sur le Mont-Rachais surplombent Grenoble sur une altitude de 220 mètres à 500 mètres. Leur mission à leur origine est d’empêcher une attaque du Dauphiné par le Duché de Savoie, depuis la Chartreuse où passait la frontière entre la France et le Piémont. Cet ensemble est complété au-dessus de la Bastille par une batterie d’artillerie casematée sous-roc et à sa base par une enceinte de ville sur la rive gauche du Drac.

Après la guerre de 1870, cet ensemble sera intégré au système de défense du Général Séré de Rivières devenant un des ouvrages de la nouvelle place forte de Grenoble. La Bastille et le fort Rabot feront partis du 3ème secteur de la place tandis que l’enceinte de la ville et la digue du Drac au noyau central. Leur rôle est de soutenir par le tir de leur artillerie les nouveaux forts de la place forte. En cas de chute de ces nouveaux ouvrages, la Bastille et le fort Rabot ne possèdent pas l’armement pour empêcher la progression de l’ennemi car ces derniers sont d’ancienne génération.

Vue sur l’entrée du fort de la Bastille.

Cliché VAUBOURG Julie

Projet de modernisation

 

· 1910 Installation de 1000 mètres de voie de 60 pour le noyau Central depuis l’arsenal Randon. Le transport du matériel sera assuré par 16 wagonnets. A défaut, le matériel devrait être réquisitionné chez les entrepreneurs de la ville à la mobilisation.

 

Modernisations

 

· 1891-1897 Construction d’un magasin sous-roc à proximité du fort Rabot

Armement des forts et cuirassements installés entre 1879 et 1913

Le casernement Cliché VAUBOURG Julie

Aujourd’hui, il reste un grand nombre de vestiges de ces ouvrages, la Bastille est d’accès libre relié à la ville par un téléphérique. Elle y abrite aussi le musée des troupes de montagne. Plus de renseignement pour les visites du musée des troupes de montagne

L’armement de la bastille, du fort Rabot et de l’enceinte de ville

à la veille de la Grande guerre

 

Pièces de rempart de la bastille et du fort Rabot

6 canons de 155L approvisionnés à 600 coups/pièce.

6 canons de 90 sur affût de campagne approvisionnés à 500 coups/pièce.

3 mortiers de 32 approvisionnés à 300 coups/pièce.

9 mortiers de 27 approvisionnés à 300 coups/pièce.

2 mortiers de 22 approvisionnés à 300 coups/pièce.

 

Cuirassements et casemates des deux forts

Aucun

 

Défense des fossés des deux forts

Les fossés sont défendus aux fusils

 

Enceinte de Ville

14 canons de 90 sur affût de campagne approvisionnés à 500 coups/pièce.

7 canons de 80 sur affût de campagne approvisionnés à 500 coups/pièce.

 

Digue du Drac

6 canons de 90 sur affût de campagne approvisionnés à 500 coups/pièce.

 

Total 53 pièces d’artillerie

 

Les différents éléments extérieurs du secteur des forts en 1914

 

Batteries d’artillerie

Aucune

Ouvrages d’infanterie

Aucun

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

Dépôts intermédiaires

Aucun

Magasins de secteur

Aucune

Communication liaison optique extérieure

Aucune

En 1914, la bastille, le fort Rabot et la défense du noyau Central sont des ouvrages d’ancienne génération qui ne sont pas à l’épreuve des nouveaux obus. Leur armement principal est placé à l’air libre.

Equipement des forts de la Bastille et Rabot en 1914

Le casernement du fort de la Bastille.

  Cliché VAUBOURG Julie

Le fossé de tête du fort de la Bastille.

Cliché VAUBOURG Julie

Etat du fort pendant la première guerre mondiale

 

Fin 1915, désarmement progressif des ouvrages pour envoyer les pièces sur le front.

Entre 1916 et 1918, les ouvrages désarmés servent de base arrière.

L’intérieur des casemates sous roc du Mandrin. Cliché VAUBOURG Cédric

Le fossé de tête du fort de la Bastille.

Cliché VAUBOURG Julie

L’extérieur des casemates sous roc du Mandrin.

Cliché VAUBOURG Cédric

Rectangle à coins arrondis: Haut de page

Dates de construction

Coût des travaux en 1880

 

· 1823 - 1848

· 1 173 000 Fr or

 

1879

1884

1890

1913

Pièces de rempart

du fort de la Bastille

et du fort Rabot

6 canons de 155L

6 canons de 120 L

7 canons de 24

2 canons de 12

1 canon à balles

6 canons de 155L

4 canons de 138

20 canons de 24 de place

5 canons de 24 de siège

10 canons de 12 de siège

21 canons de 5

3 canons à balles

3 mortiers de 32

9 mortiers de 27

2 mortiers de 22

6 canons de 155L

6 canons de 90 sur affût de campagne

3 mortiers de 32

9 mortiers de 27

2 mortiers de 22

Enceinte de la Rive Gauche

12 canons de 95

14 canons de 90 sur affût de campagne

7 canons de 80 sur affût de campagne

Digue du Drac

4 canons de 95

6 canons de 90 sur affût de campagne

Nb de pièces

38

83

83

53

Capacité du casernement à l’épreuve

Capacité des casernements en maçonnerie

Capacité des deux magasins à poudre

Capacité du magasin aux cartouches

· Aucun

· Sans info

· Un magasin à poudre caverne

· Sans info

Cuisine

Boulangerie

 

Puits et citernes

Pont des entrées principale

· Plusieurs cuisinières type Choumara

· 1 ou plusieurs fours permanant et 1 four modèle portatif Lespinasse de 180 rations installé à la mobilisation

· Pas de puits mais l’eau est récupérée dans une citerne de 350 m3

· Pont levis système Derché.

Communication liaison optique

 

 

 

 

 

 

 

Communication télégraphe électrique

 

 

Chauffage des locaux

Eclairage en 1914

· Depuis le fort Rabot avec le poste des Moucherottes à 9 km grâce à un appareil à lentilles d’un calibre 14 cm qui doit être placé dans le poste à la mobilisation. Cet appareil est stocké en temps de paix à Grenoble au magasin du Génie au pavillon Sainte-Cécile.

· Depuis le fort Rabot avec le poste de Combloup à 10 km grâce à un appareil à lentilles d’un calibre 24 cm qui doit être placé dans le poste à la mobilisation. Cet appareil est stocké en temps de paix à Grenoble au magasin du Génie au pavillon Sainte-Cécile.

· Depuis le Donjon de la Bastille avec le bureau central de la place à l’école de l’artillerie grâce à un appareil Morse et un microphone système Ader.

· Sans info

· Eclairage de l’intérieur des forts grâce à des lampes à bougies ou à pétrole

Garnison normale prévue aux forts de la Bastille et Rabot en 1914

 

 

· Infanterie : Aucun

· Artillerie : 1/2 de la 40ème batterie de dépôt active

· Auxiliaires des places fortes : 150 hommes

· Génie : Aucun

· Télégraphie : 2 sapeurs télégraphistes

· COA : Aucun

· Service médicaux : Aucun

Garnison normale pour le 3ème secteur en 1914 en dehors des fortifications (Bastille - Quichat - Neyron - Saint-Eynard et Bourcet)

 

· Infanterie : 5 compagnie 1/2 du 105ème Régiment d’infanterie en réserve de secteur.

· Artillerie : Aucun

· Auxiliaires des places fortes : Aucun

· Génie : Aucun

· Télégraphie : 8 sapeurs télégraphistes au centre du secteur

· COA : 9 hommes au centre du secteur

· Service médicaux : Aucun

Garnison du Noyau Central en 1914

 

 

 

· Infanterie : Dépôt du 105 RI Territoriale

· Artillerie : 1/2 de la 40ème batterie de dépôt active et 1/2 de la 40ème batterie de dépôt Territoriale

· Auxiliaires des places fortes : Aucun

· Génie : 1 section de la 1ère compagnie du 14ème Bataillon Territorial

· Télégraphie : 2 officiers et 24 sapeurs télégraphistes

· COA : 73 hommes

· Service médicaux : 93 hommes