Aujourd’hui, la batterie est en très mauvais état suite aux bombardements et aux aléas du temps. Elle appartient à l’ONF qui en a fermé l’accès. Accès dangereux et interdit.

La batterie de Saint Agnant est une batterie annexe du fort de Liouville qui est placée en contrebas de ce dernier à 365 mètres d’altitude. Elle renforce l’armement du fort en particulier sur la vallée de Marbotte qui permet le passage à Saint-Mihiel. Cette batterie a la forme d’un triangle, ses fossés sont défendus par deux caponnières doubles dont celle de tête qui à la forme d’un V.

L’armement de la batterie à la veille de la Grande guerre

 

Pièces de rempart de la batterie

3 canons de 120 long sur affût SP approvisionnés à 700 coups/pièce.

5 canons de 90 sur affût SP approvisionnés à 600 coups/pièce.

 

Cuirassements et casemates

 

Aucun

 

Défense des fossés

2 caponnières doubles d’infanterie défendues aux fusils.

 

 

Total 8 pièces d’artillerie

 

 

 

Les différents éléments extérieurs à proximité de la batterie en 1914

 

Batterie d’artillerie

Aucune

Ouvrages d’infanterie

Aucun

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

Dépôts intermédiaires

Aucun

Magasins de secteur

Aucun

Projets de modernisation

 

· 1895 - Construction d’un casernement bétonné, d’une entrée de guerre, et remplacement de la caponnière de tête par un coffre de contre-escarpe. Installation d’un réseau de queues de cochon autour de l’ouvrage et de grilles défensives. Coût des travaux du projet 162 000 Fr or

· 1907-1909 Construction d’une casemate en béton armé pour 4 canons de 120 long du même type qu’à la batterie de Vulmix

 

Modernisations

 

· 1900 - 1910 Installation d’un réseau de queues de cochon autour de l’ouvrage et de grilles défensives au dessus des deux caponnières.

· 1907 Construction d’une nouvelle caponnière de tête en béton armé

 

Armement de la batterie et cuirassements installés entre 1879 et 1908

En 1914, la batterie de Saint-Agnant est un ouvrage peu modernisé en maçonnerie qui possède une caponnière double de tête renforcée. Il appartient à la 6ème région.  Cet ouvrage est classé en deuxième catégorie pour soutenir les troupes de campagne. Son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement de la batterie en 1914

Etat de la batterie pendant la première guerre mondiale

 

· En septembre 1914, le fort de Liouville et la batterie de Saint-Agnant sont sous les ordres du chef de bataillon Lauguery qui possède une garnison de 703 hommes composée de la 14ème compagnie du 166èmeRI et de la 6ème batterie territoriale du 5ème Régiment d’artillerie à pied. A partir du 20 septembre 1914, les allemands cherchent à percer le rideau défensif des hauts de Meuse pour encercler et faire tomber la place de Verdun afin de faciliter le ravitaillement du front de la Champagne.

· Le 23 septembre, la batterie de Saint Agnant ouvre le feu en même temps que le fort de Liouville, mais le bombardement tellement violement oblige l’équipage à se replier sur le fort au cours de la soirée.

· Du 24 au 30 octobre 1914, la batterie est violement bombardée, causant d’importants dégâts à l’ouvrage.

· Pendant tout le restant le la guerre, la batterie servira de poste d’observation du secteur.

· Mars 1916-1918, les issues et les entrées du fort se voient équipées de chicanes en sacs de terre et en rondins, armées de mitrailleuses et de goulottes lance grenades. Un réseau de galeries de 17 d’une longueur de 277 mètres est creusé sous l’ouvrage et 2 cloches Pamart à deux créneaux seront installées sur les glacis aux abords de l’ouvrage pour la défense rapprochée.

La caponnière double de gorge. Cliché VAUBOURG Julie

La galerie d’accès à la caponnière double de tête.

Cliché VAUBOURG Julie

L’intérieur du corps de garde.

Cliché VAUBOURG Cédric

La caponnière double de tête en forme de V. Cliché VAUBOURG Julie

L’intérieur de la caponnière double de tête en forme de V

Cliché VAUBOURG Cédric

La batterie de Saint-Agnant ou batterie Amey

La façade du casernement. Cliché VAUBOURG Julie

Une chambrée de la batterie. Cliché VAUBOURG Cédric

Le vestibule du magasin à poudre.  Cliché VAUBOURG Cédric

Le magasin à poudre percé par un obus. Cliché VAUBOURG Julie

La façade du corps de garde. Cliché VAUBOURG Julie

L’entrée de la batterie. Cliché VAUBOURG Julie

Le réseau de 17 dans une chambrée en grande partie détruite. Cliché VAUBOURG Julie

Une traverse abri

Cliché VAUBOURG Julie

Rectangle à coins arrondis: Haut de page

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

Un passage couvert. Cliché VAUBOURG Cédric

L’ensemble de la caponnière de tête. Cliché VAUBOURG Cédric

L’emplacement d’une pompe.

Cliché VAUBOURG Julie

Un créneaux de fusillade près des galeries de contre-mines.

Cliché VAUBOURG Cédric

Une des deux cloches Pamart. Cliché VAUBOURG Cédric

La caponnière double de gorge.

Cliché VAUBOURG Cédric

 

1879

1884

1905

1907

1908

Pièces de rempart

de la batterie

8 canons de 95

3 canons de 120 long

5 canons de 95

3 canons de 120 long

5 canons de 90

Cuirassements

et casemates

 

Défense des fossés

Il n’y a pas de pièce de flanquement, la défense des fossés s’effectuent aux fusils

Nb de pièces

8

8

8

8

8

Dates de construction

Coût des travaux en 1882

 

Effectif 128 hommes

· 7 octobre 1878 – Juillet 1880

· 295 000 Fr or

 

· 2 officiers

· 6 sous-officiers

· 120 soldats

Armement de la batterie fin 1915

· Aucune pièce de rempart

Armement de la batterie fin 1917

· La batterie est réarmée de mitrailleuses et fusils mitrailleurs pour la défense rapprochée

· 2 cloches Pamart à deux créneaux armées d’une mitrailleuse.

Effectif à la mobilisation en 1914 à la première heure renforcé par l’article 40 de la loi du 21 mars 1905 du fort de Liouville et de la batterie de Saint-Agnant

 

· Infanterie: 8 officiers et 278 hommes du 166ème RI

· Artillerie : 6 officiers et 368 hommes du 5ème régiment d’artillerie à pied

· Divers et Génie : 8 hommes de COA de la 6ème section territoriale, 8 télégraphistes, 5 forestiers et 5 infirmiers

Soit un effectif de 14 officiers et 672 hommes.

Capacité du casernement à l’épreuve

Capacité des casernement en maçonnerie

Capacité du magasin à poudre

 

Capacité du magasin aux cartouches

 

 

· Aucun

· 128 places couchées

· 15 tonnes de poudre noire à la construction de la batterie

· 100 000 cartouches à la construction de la batterie

Cuisine

Boulangerie

Puits et citernes

 

Pont de l’entrée principale

· 1 cuisinière de marque François Vaillant

· Aucune le pain provient du fort de Liouville

· 1 citerne de 30 m3 alimentée par les eaux des chapes du casernement

· 1 pont levis à la Poncelet

Communication liaison optique

Communication télégraphe électrique

 

 

 

Eclairage en 1914

· Aucune

· Avec le fort de Liouville grâce à un appareil microphone système Ader et un morse de campagne modèle 1907 ou une boîte de forteresse

· Lampes à pétrole pour l’intérieur du fort et oxyacétyléniques pour les fossés.