· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Maubeuge

Secteur Maubeuge - Verdun

La place de Reims

La place de Laon

La place de la Fère

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

La place de Langres

La citadelle de Langres

Le  fort Saint-Menge et ses batteries annexes

L’ouvrage de Jorquenay

Le magasin de Jorquenay

L’ouvrage de Movange

L’ouvrage du Bois de la Montagne

Le magasin de la Manère

Le fort de Dampierre

Le magasin d’Orbigny au Val

Le magasin de Salicant

Le magasin de Plesnoy

Le fort de Plesnoy

La batterie N°1 du Plesnoy

La batterie N°2 du Plesnoy

La batterie N°3 du Plesnoy

La batterie N°4 du Plesnoy

Le fort de Peigney

Le magasin de Châtenay

Le fort de Montlandon

Le fort du Cognelot

La batterie du Pailly

Batterie du Mont

Le puits de la Fougère

L’ouvrage de la Croix d’Arles

Le puits de Grand Gorges

L’ouvrage du Bois de Champigny

Le fort de la Bonnelle

Le magasin de St Geosmes

Le puits de Champigny

Le puits des Dîmes

L’ouvrage de Noidant le Rocheux

L’ouvrage du Bois du Fays

L’ouvrage de Perrancey

Le magasin de Brévoines

Le magasin de la Pointe

Le fort de la pointe de Diamant

La batterie des Hums

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

Pontarlier-rideau du Jura

La place d’Albertville

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Le fort du Montlandon est un ouvrage à cavaliers qui se situe à l’est de la place à 10,2 km de la ville de Langres. Il est bâti à 410 mètres d’altitude à l’extrémité des Monts de Meuse sur la Crête Plesnoy-Montlandon. Son rôle est de surveiller la voie ferrée qui mène à Belfort entre Rosoy et Hortes, la route qui mène à Mulhouse et les intervalles entre les forts de Plesnoy et du Cognelot

· 1914-1915 deux observatoires bétonnés seront construits au dessus d’une traverse et des goulottes lance grenades seront aménagées dans les créneaux de défense des caponnières

Pendant la Première Guerre Mondiale, deux observatoires bétonnés seront construits au dessus d’une traverse et des goulottes lance grenades seront aménagées dans les créneaux de défense des caponnières. Aujourd’hui, le fort est transformé en auberge appelée fort fermier, où l’on peut y déguster des produits du terroir. Visite sur demande.

· Aucun projet connu

1907

Zone de Texte: Pièces de rempart
du réduit et des batteries d’artillerie annexe
Zone de Texte: Cuirassements et casemates
Zone de Texte: Défense des fossés
de l’ensemble

Armement du fort entre 1880 et 1914

Modernisations

Projets de modernisation

Zone de Texte: Nombre de pièces
Zone de Texte: 16

1910

Zone de Texte: 28

1914

Zone de Texte: 42

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Octobre 1883 - 1885

· 2.316.028,47 Fr or.

 

· 360 hommes

· 1 infirmerie

· 1 écurie

 

· 54 tonnes de poudre noire

· 30 gargousses de 155

· 1 four de 250 rations

· 1 cuisinière de marque François Vaillant type SC de 400 rations

· 1 puits d’un débit de 20 m3/heure alimentant une citerne de 5 m3

· 1 pont à bascule en dessous

· Un appareil de calibre 14 en réserve à la place peut être affecté au fort si nécessaire.

· Avec le bureau central télégraphique de la caserne Dommartin grâce à une boîte de forteresse. L’effectif prévu est de 2 sapeurs télégraphistes après le 4eme jour de mobilisation

· Lampes à pétrole ou à bougie pour l’intérieur du fort, pas d’éclairage pour les fossés

 

Dates de construction

Coût des travaux en 1885

 

Effectif

 

 

 

Capacité des 2 magasins à poudre

Capacité du magasin aux cartouches

Boulangerie

Cuisine

Puits et citernes

Pont de l’entrée principale

Communication liaison optique avec

 

Communication télégraphe électrique

 

 

Eclairage en 1914

Etat du fort pendant la première guerre mondiale

Fin 1915, désarmement progressif du fort pour envoyer les pièces sur le front.

En mars 1916, il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction de l’ouvrage en cas d’approche de l’ennemi.

En 1917, le fort sert de base arrière.

Zone de Texte: Armement emmagasiné en plus des pièces de remparts dans le fort.
Cet armement était prévu en cas de mobilisation pour le fort et les batteries de mobilisation du secteur

Agrandir le plan