www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place d’Albertville

Le secteur de Chamousset

La haute Maurienne

La place de Bourg-st-Maurice

La place de Lyon

La place de Grenoble

La place de Briançon

La place de Tournoux

L’avancée de Nice

La place de Nice

Ouvrage de Colomars

Batterie de la Bégude

Fort du Mont Chauve d'Aspremont

Fort du Mont Chauve de Tourrette

Batterie du Guigo

Batterie de Gueyar

Ouvrage du Mont de l'Ibac

Ouvrage du Mas Duc

Batterie de Rimiez

Batterie du Mont Gros

Batterie de Saint Aubert

Fort de la Drette

Batterie des Feuillerins

Batterie de Leuziera

Batterie de la Calanca

Fort de la Revère

Batterie de Simboula

Batterie du Pin

Batterie de la Forna

Ouvrage du Mont de la Bataille

Fort du Mont-Agel

Batterie de la Turbie

Batterie de la Cuolla

Fort de la Tête de Chien

Batterie du Cap Ferrat

Batterie du Mont-Boron

Batterie du Cimetière russe

La place de Toulon

La place de Marseille

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mise à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

 

Le fort de la Drète ou fort Créqui

Le fort de la Drète, appelé aussi fort de la Drette, se situe à l’est de Nice, près du col d’Eze, à 510 mètres d’altitude, sur une position rocheuse. Il est placé à l’ouest du plateau de la Grande Corniche, d’où il surveille les voies d'invasion, venant de la vallée du Paillon et du Col de Tende.

Cette fortification Séré de Rivières est construite de 1879 à 1884, en même temps que ses voisins les forts de la Revère et de la Tête de Chien.

Les premiers projets de construction de l’ouvrage, datés de 1877 et 1879, prévoyaient de construire une simple batterie d’artillerie, mais le choix final se tournera vers un fort.

 

L’armement de l’ouvrage à la veille de la Grande guerre

 

 

Pièces de rempart du fort

2 canons de 155L sur affût SP approvisionnés à 700 coups/pièce

6 canons de 120 sur affut SP approvisionnés à 700 coups/pièce

4 canons de 95 approvisionnés à 600 coups/pièce

 

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

 

Défense des fossés

2 caponnières doubles armées chacune de 2 canons revolver approvisionnés de 1800 coups/pièce.

Cette défense est complétée depuis des bastionnets et depuis

le chemin de ronde aux fusils.

 

 

Total 10 pièces d’artillerie

 

 

 

 

 

 

 

Les différents éléments extérieurs à proximité de l’ouvrage en 1914

 

Batteries d’artillerie

La batterie de Lieuziéra est armée de 4 canons de 80 sur affût de campagne

 

Ouvrages d’infanterie

La batterie d’artillerie des Feuillerins est aménagée en ouvrage d’infanterie avant le Grande Guerre

 

Abris de combat et abris cavernes

Un abri caverne en contrebas de l’entrée du fort d’environ 300 places

est construit entre 1888 et 1891

 

Dépôts intermédiaires

Aucun

 

Magasins de secteur

Un magasin de secteur à l’entrée du terrain militaire est construit entre 1888 et 1891

Projet de modernisation

 

· Aucun

 

Modernisations

 

· 1888-1891 Le fort est adapté aux nouveaux obus en construisant en contre-bas de l’entrée du fort un abri caverne pour loger la garnison et à l’entrée du terrain militaire un magasin de secteur pour y stocker les munitions.

En 1914, le fort de la Drète est un ouvrage non modernisé de première catégorie possédant des locaux extérieurs protégés des nouveaux obus. Il appartient à la 15 ème région et son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement du fort en 1914

Des soldats du centre d’instruction de mitrailleurs vers 1915-16 au niveau d’un passage couvert

près de la cour des officiers. Collection Mireille Samitier

La boulangerie ayant conservée son four à pain en très bon état de conservation

Cliché VAUBOURG Julie

L’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Julie

Le fort après la Grande Guerre

 

Après la Première Guerre Mondiale, le fort est occupé par les troupes qui stationnent dans le secteur, puis par l’occupant pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Il est ensuite occupé après ce conflit, par le 22ème BCA, comme dépôt de munitions et terrain de manœuvres.

Aujourd’hui, le fort de la Drette appartient au Département des Alpes Maritimes qui l’a aménagé pour y faire différentes manifestations.

Un coin du fort le casernement troupe vers 1915-16

©Ministère de la Culture - Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine

Armement du fort et cuirassements installés entre 1891 et 1913

Un passage couvert dans la rue du rempart près de l’abri VI

Cliché VAUBOURG Cédric

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

Etat du fort pendant la première guerre mondiale

 

Pendant la campagne de 1914-1915, le fort est utilisé comme centre d’instruction de mitrailleurs pour former les soldats à l’utilisation des différentes mitrailleuses de l’époque. A cette période, le fort sera complètement désarmé de ses pièces de rempart qui seront envoyées avec leurs munitions sur le front.

L'heure de la soupe au fort lors du centre d’instruction de mitrailleurs vers 1915-16

©Ministère de la Culture Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine

Deux photos de soldats du centre d’instruction devant l’abri caverne du fort vers 1914-15

Collection Lionel PRACHT

Carte postale du fort occupé par le 22 ème BCA dans les années 60.

Collection Lionel PRACHT

Des soldats du centre d’instruction de mitrailleurs vers 1915-16 dans la cour des officiers.

Collection Mireille Samitier

Centre de mitrailleurs vers 1916 . L'étude

©Ministère de la Culture - Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine

Centre de mitrailleurs vers 1916 . L’instruction des armuriers dans la rue du rempart

©Ministère de la Culture - Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine

Centre de mitrailleurs vers 1916 . Préparation de paquetages dans la cour du fort

©Ministère de la Culture - Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine

Les deux cartouches au dessus de l’entrée avec les différentes orthographes. © VAUBOURG Julie

L’entrée du fort et la façade du bâtiment A. © VAUBOURG Julie

L’entrée du fort. © VAUBOURG Julie

L’entrée du fort depuis le fossé.

© VAUBOURG Julie

Un cartouche dans la galerie de l’entrée.

© VAUBOURG Julie

Le levier de manœuvre du pont à bascule en dessous assisté.

© VAUBOURG Julie

Le couloir d’accès vers la télégraphie, les magasins aux vivres, au Génie et vers une caponnière double dans le bâtiment A.

© VAUBOURG Cédric

Une sortie sur une poterne près de l’entrée dans le bâtiment A

© VAUBOURG Cédric

Dates de construction

Coût des travaux en 1914

 

Effectif

· 1879- 1884

· 719 000 Frs

 

· Environ 300 hommes

Capacité du casernement à l’épreuve

Capacité des casernements en maçonnerie

Capacité du magasin à poudre

Capacité du magasin aux cartouches

 

 

· Environ 300 places dans l’abri caverne extérieur

· Environ 300 places couchées

· 35 tonnes de poudre noire

· Plusieurs magasins d’une capacité inconnue

Cuisine

Boulangerie

Puits et citernes

 

Pont de l’entrée principale

· 2 cuisinières de marque François Vaillant

· 1 boulangerie équipé d’un four

· Plusieurs citernes sous le bâtiment A d’entrée

· Un pont à bascule en dessous assisté

Communication liaison optique

 

Communication télégraphe électrique

 

 

Eclairage en 1914

· Un appareil de calibre 14 pour communiquer avec le fort de la Revère.

· Avec le quartier général du Gouverneur de la place et avec le fort de la Revère grâce à un appareil microphone système Ader et un morse de campagne modèle 1907

· Lampes à pétrole et à bougie pour l’intérieur du fort

· 22 cages à applique de 11  et  de 7 lignes

· 16 quinquets pour chambre de troupe

· 27 Chandeliers

· 15 Lampes à tige et 6 lanternes portatives

 

1891

1912-1913

Pièces de rempart du fort

8 canons de 120 sur affût SP

4 canons de 95

2 canons de 155L sur affût SP

6 canon de 120 sur affût SP

4 canons de 95

Cuirassements et casemates

 

Défense des fossés

4 canons revolver

Nb de pièces

16

16