www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place d’Albertville

Le secteur de Chamousset

La haute Maurienne

La place de Bourg-st-Maurice

La place de Lyon

La place de Grenoble

La place de Briançon

La place de Tournoux

L’avancée de Nice

La place de Nice

Ouvrage de Colomars

Batterie de la Bégude

Fort du Mont Chauve d'Aspremont

Ouvrage du Mont Chauve de Tourette

Batterie du Guigo

Batterie de Gueyar

Ouvrage du Mont de l'Ibac

Ouvrage du Mas Duc

Batterie de Rimiez

Batterie du Mont Gros

Batterie de Saint Aubert

Fort de la Drette

Batterie des Feuillerins

Batterie de Leuziera

Batterie de la Calanca

Fort de la Revère

Batterie de Simboula

Batterie du Pin

Batterie de la Forna

Ouvrage du Mont de la Bataille

Fort du Mont-Agel

Batterie de la Turbie

Batterie de la Cuolla

Fort de la Tête de Chien

Batterie du Cap Ferrat

Batterie du Mont-Boron

Batterie du Cimetière russe

La place de Toulon

La place de Marseille

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mise à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

 

La forteresse du Mont-Agel ou fort Catinat

La forteresse du Mont Agel est une position avancée, construite au nord-est de la place forte de Nice. Elle est bâti à 1148 mètres d’altitude sur le Mont Agel qui surplombe Monte Carlo et le littoral.

Cet ensemble fortifié est composé d’un réduit et de six batteries d’artillerie, appelées A, B, C, D, D’ et E.

Son rôle est de surveiller les vallées du Paillon, du Gorbio et la baie de Roquebrune ainsi que désorganiser et prendre à revers  les attaques sur les différents forts de la place. Ces ouvrages contrôlent aussi le tunnel du Cap Martin et sa voie ferrée, la route de la Corniche, le littoral jusqu’à la frontière, la route de Menton à Sospel et le chemin de Menton à Gorbio et Peille. 

Le réduit édifié en maçonnerie de moellons après la crise de l’obus torpille bénéficiera d’une protection naturelle face aux nouveaux obus puisqu’il sera construit sous le roc.

L’armement de la forteresse à la veille de la Grande guerre

 

 

Pièces de rempart du fort

4 canons de 120 sur affut SP approvisionnés à 600 coups/pièce

4 canons de 95 sur affût SP approvisionnés à 500 coups/pièce

3 mitrailleuses de rempart modèle 1907 approvisionnées à 43200 cartouches/section.

5 mitrailleuses sur affût trépieds modèle 1907 approvisionnées à 43200 cartouches/section.

 

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Batteries d’artillerie à l’intérieur de l’enceinte du fort

Batterie A

 3 canons de 120 sur affût SP approvisionnés à 600 coups/pièce et

2 mortiers lisses de 27 approvisionnés à 300 coups/pièce

Batterie B

4 canons de 95 sur affût de campagne approvisionnés à 500 coups/pièce

Batterie C

4 canons de 95 sur affût de campagne approvisionnés à 500 coups/pièce

Batterie D

3 canons de 120 sur affût SP approvisionnés à 600 coups/pièce

Batterie D’

3 canons de 120 sur affût SP approvisionnés à 600 coups/pièce

Batterie E

3 canons de 120 sur affût SP approvisionnés à 600 coups/pièce

 

Défense des fossés

1 caponnière double armée de 2 canons revolver approvisionnés de 1800 coups/pièce.

Cette défense est complétée avec des fusils depuis des bastionnets, une caponnière double et depuis

le chemin de ronde.

 

 

Total 40 pièces d’artillerie

 

 

Les différents éléments extérieurs à proximité de l’ouvrage en 1914

 

Batteries d’artillerie

Aucune à l’extérieure du fort

Aucune batterie de mobilisation est prévue.

 

Ouvrages d’infanterie

Aucun

 

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

 

Dépôts intermédiaires

6 magasins de batterie à l’intérieur du fort

 

Magasins de secteur

Aucun

Projet de modernisation

 

· Aucun

 

Modernisations

 

· 1894 Construction d’un poste optique

· 1895 Amélioration des parapets d’infanterie.

En 1914, la forteresse du Mont-Agel est un ouvrage modernisé de première catégorie possédant des locaux protégés des nouveaux obus. Elle appartient à la 15 ème région et son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement du réduit en 1914

L’entrée monumentale du Mont-Agel est l’une des plus impressionnantes entrées

 des fortifications Séré de Rivières. © VAUBOURG Cédric

Détail de la façade du casernement du réduit

Cliché VAUBOURG Julie

Une partie du chemin de ronde du réduit. Cliché VAUBOURG Julie

Le fort après la Grande Guerre

 

- En 1928, la fortification est intégrée au système de défense de la ligne Maginot, un ouvrage d’artillerie est construit de 1931 à 1933 en contrebas de la deuxième entrée et plusieurs blocs de combat sont construits sur le plateau.

- Dès le début de l’attaque italienne, le Mont-Agel participe activement aux combats en tirant du 14 juin jusqu’au 25 juin, près de 3000 obus qui produiront d’importants dégâts à l’ennemi. 

- Après l’Armistice, la forteresse sera, comme les autres forts de la région, occupée par les Italiens, puis par les Allemands en 1943, qui y installeront plusieurs pièces d’artillerie.

- Lors de la libération de Nice, les canons allemands du fort tireront sur les troupes françaises et américaines. La forteresse sera fortement bombardée dans la nuit du 5 au 6 septembre 1944 par des croiseurs alliés ce qui produira quelques dégâts en particulier sur l’entrée monumentale et forcera les Allemands à se rendre le 7         septembre.

- Depuis 1953, la forteresse du Mont Agel est occupée comme station radar par l’armée de l’air française. Elle est aujourd’hui rattachée à la base aérienne 125 d’Istres.

Armement du fort et cuirassements installés en 1912 et 1913

Photo allemande de l’entrée de la forteresse en 1943

© Lionel PRACHT

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

Etat du fort pendant la Première Guerre Mondiale

 

Pendant la Grande Guerre, la forteresse est utilisée comme base arrière. Elle sera complètement désarmée fin 1915, de ses pièces de rempart et de ses munitions qui seront envoyées sur le front.

L’entrée du réduit du côté des batteries d’artillerie.

©VAUBOURG Cédric

Carte postale de l’entrée de la forteresse vers 1920

© Lionel PRACHT

Une des deux tourelles de 75R33 installée vers 1933 dans l’ouvrage Maginot construit dans l’enveloppe de l’ancien fort. ©VAUBOURG Cédric

L’entrée monumentale. © VAUBOURG Cédric

L’entrée monumentale.

© VAUBOURG Cédric

Le cartouche au dessus de l’entrée principale. © VAUBOURG Cédric

La galerie de communication près des ateliers de chargement

© VAUBOURG Cédric

L’entrée monumentale.

 VAUBOURG Julie

Le chemin d’accès au fort. © VAUBOURG Julie

Le chemin d’accès au fort. © VAUBOURG Julie

L’entrée monumentale. © VAUBOURG Cédric

Le mur d’escarpe près de l’entrée. © VAUBOURG Julie

Le cartouche au dessus de l’entrée principale. © VAUBOURG Cédric

Le cartouche au dessus de l’entrée principale. © VAUBOURG Julie

Dates de construction

Coût des travaux en 1914

 

Effectif

· 1888- 1892

· 1 638 800 Frs

 

· Environ 500 à 600 hommes

Capacité du casernement à l’épreuve

Capacité des casernements en maçonnerie

Capacité des deux magasins à poudre

Capacité du magasin aux cartouches

 

 

· 500 places dans l’abri caverne extérieur

· Aucune

· 85 tonnes de poudre noire

· Plusieurs magasins d’une capacité inconnue

Cuisine

Boulangerie

Puits et citernes

 

Pont de l’entrée principale

· 2 à 3 cuisinières de marque François Vaillant

· 1 boulangerie équipée d’un four

· 2 citernes dans le réduit d’une capacité inconnue.

· 2 ponts à effacement latéral

Communication liaison optique

 

 

 

Communication télégraphe électrique

 

 

 

Eclairage en 1914

· 1 appareil de calibre 14 pour communiquer avec le fort de la Revère à 5,5 km

· 1 appareil de calibre 10 pour communiquer avec le fort de la Tête de Chien à 4,5 km.

· Avec le quartier général du Gouverneur de la place, la Turbie et avec le fort de la Tête de Chien grâce à un appareil microphone système Ader et un morse de campagne modèle 1907.

· Lampes à pétrole et à bougie pour l’intérieur du fort.

 

1912-1913

Pièces de rempart du réduit

4 canons de 120 sur affût SP

4 canons de 120 court

5 canons de 95 sur affût SP

4 canons de 80 de montagne

3 mitrailleuses de rempart modèle 1907

5 mitrailleuses sur affût trépied modèle 1907

Cuirassements et casemates

 

Batteries d’artillerie

A

B

C

D

D’

E

 

3 canons de 120 sur affût SP et 2 mortiers lisses de 27

3 canons de 95 sur affût de campagne

3 canons de 95 sur affût de campagne

3 canons de 120 sur affût SP

3 canons de 120 sur affût SP

3 canons de 120 sur affût SP

Défense des fossés du réduit

2 canons revolver

Nb de pièces

47