· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Maubeuge

Secteur Maubeuge - Verdun

La place de Reims

La place de Laon

La place de la Fère

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

L’enceinte de Toul

L’usine et entrepôt frigorifique

Le magasin du Saint  Michel

Le fort Saint Michel

La redoute de la Justice

Les magasins de la Justice

Le magasin de la Madeleine

La côte Barine

L’abri de combat N°7

L’ouvrage de la Cloche

L’abri de combat N°6

L’abri de combat de Noel

L’ouvrage du Bouvron

L’abri de combat de la Cutine

L’abri de combat N°5

L’ouvrage de Francheville

L’abri de combat N°4

L’ouvrage de Ropage

L’abri de combat N°3

L’ouvrage ouest du Vieux Canton

L’abri de combats de la Nibarde

L’ouvrage du Champ des Bœufs

Le fort du Vieux Canton

L’ouvrage est du Vieux Canton

L’abri de combat N°2

L’ouvrage du Mauvais Lieu

L’ouvrage du Bas du Chêne

L’ouvrage du Mordant

L’abri de combat N°1

L’ouvrage de Villey Saint Etienne

Secteur Nord-est de Toul

L’ouvrage de Fontenoy

Le fort de Gondreville

L’ouvrage du Haut des Champs

Le dépôt du Charmois

L’ouvrage du Charmois

Le magasin de Dommartin

La redoute de Dommartin

L’ouvrage de Fays

Le magasin de Chaudeney

La redoute de Chaudeney

Le magasin de Bois sous Roche

Le fort de Villey le Sec

Le réduit

La batterie Nord

Le redan Est

La batterie Sud

La batterie cuirassée de 155C

Le fort du Chanot

L’ouvrage du Chanot

L’ouvrage de Bicqueley

Le magasin du Tillot

Le fort du Tillot

L’ouvrage de Gye

Le secteur Sud-est de Toul

Le fort de Blénod

L’abri de combat de Sarvigne

L’abri de combat de Charmes la côte

Les ouvrages avancés de Charmes-la-Côte

L’ouvrage de Charmes-la-Côte

Le magasin de Charmes la Côte

L’abri de combats des Arvaux

L’abri de combat N°4

L’abri de combat N°5

Le fort de Domgermain

Le secteur sud-ouest de la place

Le magasin de Domgermain

Le fort d’Écrouves

L’abri de combat N°1

Le magasin d’Ecrouves

L’abri de combat du Val des Nonnes

L’ouvrage du Val des Nonnes

L’ouvrage du Bois Bulletin

L’abri de combat de Vatéchamp

L’ouvrage de Fayemont

Le fort de Bruley

Le secteur Nord-ouest de la place

Le fort de Lucey

La batterie cuirassée de 155R

La batterie cuirassée de 155C

Le magasin de Lucey

La position avancée Lucey Trondes

Le fort de Trondes

Les casernes

Le parc à dirigeables

Divers

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mise à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Aujourd’hui, cette redoute inachevée reste un ouvrage intéressant qui montre la construction d’un fort en 1880. Son accès est interdit et dangereux.

La redoute de Chaudeney est construite au Sud-est de la place à 311 mètres d’altitude. C’est un ouvrage non terminé car on a hésité à plusieurs reprises de construire le fort de Villey le Sec à cause du village.  Il fallait donc construire un ouvrage pouvant défendre ce secteur. La redoute se situe à 1 kilomètre du village mais la concrétisation du projet du fort de Villey le Sec viendra stopper les travaux. Seules quelques maçonneries seront édifiées, le terrassement sera terminé. On peut penser que la redoute de Chaudeney aurait ressemblé à celle de Dommartin ou de la Justice, si elle avait été terminée.

L’armement de la redoute à la veille de la Grande guerre

 

Pièces de rempart de la redoute

Aucun

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

Aucune

 

Total 26 pièces d’artillerie

 

Les différents éléments extérieurs à proximité de la redoute en 1914

 

Batteries d’artillerie

Voir secteur Sud-Est de Toul

 

Ouvrages d’infanterie, abris de combat et abris cavernes

Aucun

 

Dépôts intermédiaires & magasins de secteur

Magasin de secteur de Bois-sous-roche construit en 1910

Projet de modernisation

 

· Aucun projet de modernisation

 

 

Modernisations

 

· Après 1883, les parties non terminées de la redoute seront démontées car jugées très dangereuses, mais l’ouvrage restera entretenue jusqu'à la fin de la première guerre mondial.

· 1888 - 1900 Connexion au réseau de voie de 60

· 1910 Installation d’un poste de commandement dans une traverse-abri

Armement de la redoute  et cuirassements installés entre 1878 et 1910

En 1914, la redoute de Chaudeney est un ouvrage non modernisé et non terminé de deuxième ligne de défense qui sert de position de soutien au fort de Villey le Sec et à l’ouvrage de Charmois.

Equipement de la redoute en 1914

Etat de la redoute pendant la première guerre mondiale

 

· Fin 1914 - début 1915 Installation d’une pièce de marine de calibre 164,7 pour renforcer la défense du secteur avec une pièce à longue portée.

· Fin 1915, désarmement complet de la position, la pièce d’artillerie et les munitions sont envoyées sur le front.

· En janvier 1916, il reste assez de poudre noire dans les magasins pour prévoir une éventuelle destruction de l’ouvrage en cas d’approche de l’ennemi.

Un des deux passages couverts construit de la redoute. Cliché VAUBOURG Julie

Vestige d’une pompe à eau dans l’abri aménagé en 1915 près du canon de 164,7 de marine. Cliché VAUBOURG Julie

Des casernements aménagés dans la seule traverse abri avec passage couvert de la redoute.

Cliché VAUBOURG Cédric

Une chambrée avec un vestige de lit aménagée dans une traverse abri.

 Cliché VAUBOURG Cédric

Une des traverses abris de la redoute.

Cliché VAUBOURG Julie

L’emplacement du canon de 164,7 de marine installé en 1915.

Cliché VAUBOURG Cédric

La redoute de Chaudeney ou redoute Charton

Une chambrée aménagée dans une traverse abri.

 Cliché VAUBOURG Cédric

L’emplacement d’une citerne dans le fossé.

Cliché VAUBOURG Julie

Un passage couvert.

Cliché VAUBOURG Julie

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions Légales

Rectangle à coins arrondis: Haut de page

Un passage couvert.

Cliché VAUBOURG Julie

Une chambrée aménagée dans une traverse abri.

 Cliché VAUBOURG Cédric

Le couloir devant les chambrées dans la traverse abri.

Cliché VAUBOURG Julie

Détail d’un vestige de lit.

Cliché VAUBOURG Julie

Une chambrée aménagée dans une traverse abri.

 Cliché VAUBOURG Cédric

Une chambrée aménagée dans une traverse abri.

 Cliché VAUBOURG Cédric

La chambrée au fond de la traverse abri.

 Cliché VAUBOURG Cédric

La chambrée au fond de la traverse abri.

 Cliché VAUBOURG Cédric

Une autre traverse abri de la redoute.

 Cliché VAUBOURG Julie

L’emplacement du canon de 164,7 de marine installé en 1915.

Cliché VAUBOURG Julie

L’emplacement du canon de 164,7 de marine installé en 1915.

Cliché VAUBOURG Julie

Un abri de l’emplacement du canon de 164,7 de marine installé en 1915.

Cliché VAUBOURG Cédric

Une pompe à eau dans un abri de l’emplacement du canon de 164,7 de marine installé en 1915. Cliché VAUBOURG Julie

Un abri de l’emplacement du canon de 164,7 de marine installé en 1915.

Cliché VAUBOURG Cédric

Un écrou de fixation sur la plateforme de tir de l’affût pivot du canon de 164,7 de marine installé en 1915. Cliché VAUBOURG Julie

Dates de construction

Coût des travaux en 1885

 

Effectif prévu 142 hommes

· 1875 – 31 décembre 1875

· 400 000 Fr or

 

· 4 officiers, 10 sous-officiers et 128 soldats

· aucune infirmerie

Armement de la redoute fin 1915

· Aucun

Armement de la redoute fin 1917

· Aucun

Effectif à la mobilisation en 1914

 

· Infanterie : Aucun

· Artillerie : Aucun

Capacité du casernement à l’épreuve

Capacité des casernement en maçonnerie

Capacité du magasin à poudre

Capacité du magasin aux cartouches

· Aucune

· Non construit

· Non construit

· Non construit

Cuisine

 

 

Boulangerie

Puits et citernes

Pont de l’entrée principale

· 1 cuisinière de marque François Vaillant équipée de 4 marmites de 100 litres dans un bâtiment du temps de paix situé près de la redoute

· Pas de boulangerie

· Une citerne de 31 m3 alimentée par voie de 60

· Non construit

Communication liaison optique

Communication télégraphe électrique

 

Eclairage en 1914

· Aucune

· Avec la redoute de Dommartin grâce à une boite de forteresse

· Pas d’éclairage

 

1878

1883 et après

Pièces de rempart

de la redoute

11 canons de 7

2 canons à balles

2 obusiers de 16 c

2 mortiers de 15

Désarmée le 7 mai 1882

Cuirassements et casemates

 

Défense des fossés

 Aucune pièce de flanquement car il n’y a pas de caponnière ou de coffre.

Désarmée

Nb de pièces

17

0