Un abri en maçonnerie de l’ouvrage d’origine.

Cliché VAUBOURG Cédric

L’intérieur de l’abri en maçonnerie de l’ouvrage d’origine. Cliché VAUBOURG Cédric

Un parapet d’infanterie en béton  . Cliché VAUBOURG Cédric

Détail d’une entrée de l’ouvrage ayant gardé ses gilles.

Cliché VAUBOURG Julie

· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Maubeuge

Secteur Maubeuge - Verdun

La place de Reims

La place de Laon

La place de la Fère

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La Place de Toul

L’enceinte de Toul

L’usine et entrepôt frigorifique

Le magasin du Saint  Michel

Le fort Saint Michel

La redoute de la Justice

Les magasins de la Justice

Le magasin de la Madeleine

La côte Barine

L’abri de combat N°7

L’ouvrage de la Cloche

L’abri de combat N°6

L’abri de combat de Noel

L’ouvrage du Bouvron

L’abri de combat de la Cutine

L’abri de combat N°5

L’ouvrage de Francheville

L’abri de combat N°4

L’ouvrage de Ropage

L’abri de combat N°3

L’ouvrage ouest du Vieux Canton

L’abri de combats de la Nibarde

L’ouvrage du Champ des Bœufs

Le fort du Vieux Canton

L’ouvrage est du Vieux Canton

L’abri de combat N°2

L’ouvrage du Mauvais Lieu

L’ouvrage du Bas du Chêne

L’ouvrage du Mordant

L’abri de combat N°1

L’ouvrage de Villey Saint Etienne

Secteur Nord-est de Toul

L’ouvrage de Fontenoy

Le fort de Gondreville

L’ouvrage du Haut des Champs

Le dépôt du Charmois

L’ouvrage du Charmois

Le magasin de Dommartin

La redoute de Dommartin

L’ouvrage de Fays

Le magasin de Chaudeney

La redoute de Chaudeney

Le magasin de Bois sous Roche

Le fort de Villey le Sec

Le réduit

La batterie Nord

Le redan Est

La batterie Sud

La batterie cuirassée de 155C

Le fort du Chanot

L’ouvrage du Chanot

L’ouvrage de Bicqueley

Le magasin du Tillot

Le fort du Tillot

L’ouvrage de Gye

Le secteur Sud-est de Toul

Le fort de Blénod

L’abri de combat de Sarvigne

L’abri de combat de Charmes la côte

Les ouvrages avancés de Charmes-la-Côte

L’ouvrage de Charmes-la-Côte

Le magasin de Charmes la Côte

L’abri de combats des Arvaux

L’abri de combat N°4

L’abri de combat N°5

Le fort de Domgermain

Le secteur sud-ouest de la place

Le magasin de Domgermain

Le fort d’Écrouves

L’abri de combat N°1

Le magasin d’Ecrouves

L’abri de combat du Val des Nonnes

L’ouvrage du Val des Nonnes

L’ouvrage du Bois Bulletin

L’abri de combat de Vatéchamp

L’ouvrage de Fayemont

Le fort de Bruley

Le secteur Nord-ouest de la place

Le fort de Lucey

La batterie cuirassée de 155R

La batterie cuirassée de 155C

Le magasin de Lucey

La position avancée Lucey Trondes

Le fort de Trondes

Les casernes

Le parc à dirigeables

Divers

La place de Langres

La trouée de Charmes

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mise à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Une des entrées de l’abri de l’ouvrage . Cliché VAUBOURG Cédric

L’ouvrage de Ropage est un ouvrage d’infanterie bâti à 222 mètres d’altitude entre l’ouvrage de Francheville et le fort du Vieux-Canton dans le secteur nord est de la place. Il est construit en 1887. A cette période, il possédait 2 abris en maçonnerie à l’épreuve de la mitraille pour abriter 16 hommes assis. Mais, il sera complètement remanié en 1907 et seul un des deux abris en maçonnerie sera conservé. Lors de cette modernisation, l’ouvrage reçoit un casernement bétonné à l’épreuve des bombardements qui a la même configuration qu'un abri de combat ayant une capacité de 80 places couchées, répartie dans deux chambrées. Il possède trois entrées, une cuisine et un poste télégraphique.

Un retranchement d’infanterie avec masques fixes blindés appelé tranchée Est de la corne de Ropage sera aménagé à droite de l’ouvrage.

En 1914, l’ouvrage pouvait communiquer par télégraphie électrique avec le central militaire au fort Saint-Michel et avec le poste de Libdeau. Son armement se composait de 2 sections de 2 mitrailleuses de rempart approvisionnées de 43200 cartouches/section.

Aujourd'hui, l’ouvrage est à l’abandon. Il est souvent inondé une grande partie de l’année.

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions Légales

Rectangle à coins arrondis: Haut de page

Une autre entrée de l’ouvrage. Cliché VAUBOURG Cédric

Une des trois entrées de l’ouvrage. Cliché VAUBOURG Cédric

Les latrines. Cliché VAUBOURG Julie

La galerie principale de l’ouvrage.

 Cliché VAUBOURG Cédric

L’entrée vers une chambre.

 Cliché VAUBOURG Julie

La troisième entrée de l’ouvrage. Cliché VAUBOURG Julie

Un masque d’infanterie blindé de la tranchée Est de la Corne de Ropage à proximité de l’ouvrage . Cliché VAUBOURG Cédric

Un masque d’infanterie blindé de la tranchée Est de la Corne de Ropage à proximité de l’ouvrage . Cliché VAUBOURG Cédric

Un abri du masque d’infanterie blindé de la tranchée Est de la Corne de Ropage à proximité de l’ouvrage . Cliché VAUBOURG Cédric

Effectif à la mobilisation en 1914 à la première heure pour le secteur de  Francheville -Ropage (effectif des ouvrages compris)

 

· Infanterie : 3 officiers et 250 soldats du 167ème  RI

· Artillerie : 4 officiers, 340 soldats du 6ème régiment d’artillerie à pied

· Génie et services divers : Aucun

Soit un effectif de 7 officiers et 590 hommes