· Accueil

· Le système Séré de Rivières

· Le général Séré de Rivières

· Les éléments des forts

· L’armement des forts

· Les forts de France

La place de Verdun

Les hauts de Meuse

La place forte de Toul

La trouée de Charmes

La place de Langres

La place d’Epinal

La Haute Moselle

La place de Belfort

La trouée de Belfort

La place de Besançon

La place de Dijon

La place de Pontarlier

Le rideau du Jura

La place d’Albertville

Le secteur de Chaumousey

La haute Maurienne

La place de Bourg-st-Maurice

La place de Lyon

La place de Grenoble

La place de Briançon

La place de Tournoux

La redoute Berwick

L’ensemble fortifié de Tournoux

Le fort Moyen

Le fort supérieur

La batterie XII

La batterie des Caurres

Le fortin de Serre de Laut

Le poste de Serre de Laut

La batterie du Vallon Claus

Le poste des Abrupts 2130

Le poste des Abrupts 2160

Le poste des Abrupts 2225

Le poste des Abrupts 2278

La redoute de Roche la Croix

La batterie supérieure de Roche la Croix

Le poste de la Duyère 2493

Le poste de la Duyère 2645

Le poste de la Duyère 2700

Le poste de la Duyère 2900

La batterie et le casernement défensif de Viraysse

La batterie de Mallemort

La batterie de Cuguret

Le poste A de Cuguret

Le poste B de Cuguret

Le poste C de Cuguret

Le Col de La Bonnette

Le casernement du Camp des Fourches

Le fortin de la Pelousette

L’ouvrage de Las Planas

L’ouvrage des Fourches

L’ouvrage de Restefond

L’avancée de Nice

La place de Nice

· L’armée française

· Les forts visitables

· Liens

· Contact

· Qui sommes nous ?

· Mises à jour

· Statistiques

· Bibliographie

· Attention

Le fort supérieur de Tournoux

Vue sur l’entrée du fort depuis le chemin d’accès du fort moyen. Cliché VAUBOURG Julie

La grille défensive à l’entrée du fort. Cliché VAUBOURG Julie

Le chemin de ronde. Cliché VAUBOURG Julie

Le fort supérieur est l’ouvrage le plus haut de la forteresse de Tournoux placé à 1680 mètres d’altitude. Sa mission est la même que le fort Moyen, contrôler les cols de Larche et du Vars pour empêcher une armée ennemie de passer dans la vallée de l’Ubaye. Après 1879, la défense du fort est renforcée par la batterie des Caurres qui le domine ce qui empêche toute domination ennemie. Ce fort supérieur assure la liaison avec le fort Moyen grâce à une rampe d’accès et avec la batterie des Caurres par le biais d’une galerie souterraine. Contrairement au fort moyen, le fort supérieur possède un casernement en maçonnerie qui peut arrêter les obus légers en fonte jusqu’en 1885.


Agrandir le plan

L’armement du fort à la veille de la Grande Guerre

 

 

Pièces de rempart de l’ouvrage

4 canons de 95 sur affût de siège et place approvisionnés à 600 coups/pièce.

1 canon de 90 de campagne approvisionnés à 600 coups/pièce.

 

 

Cuirassements et casemates

Aucun

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement, il n’y a pas de fossés.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

Total 5 pièces d’artillerie

 

Les différents éléments extérieurs à proximité du fort en 1914

 

 

Batteries d’artillerie

Aucune

 

Ouvrages d’infanterie

Aucun

 

Abris de combat et abris cavernes

Aucun

 

Dépôts intermédiaires

Aucun

 

Magasins de secteur

Aucun

Projet de modernisation

 

· Projet de 1914, construction d’un casernement à l’épreuve pour 100 hommes en renforçant le casernement par une dalle de béton armé de 1m40 d'épaisseur.

 

 

 

Modernisations

 

· Installation d’un téléphérique pour faciliter les transports de marchandises depuis la vallée.

· Aménagement du poste de commandement électrique de la place.

· Amélioration des plates–formes de tirs.

En 1914, le fort supérieur de Tournoux est un ouvrage non modernisé considéré comme l’un des éléments du noyau central de la place. Il fait partie des fortifications de première catégorie de la 14 ème région militaire. Son armement principal est placé à l’air libre.

Equipement du fort en 1914

Armement du fort et cuirassements installés entre 1881 et 1890

Après l’armistice du 21 juin 1940, le fort est occupé par les Italiens puis les Allemands.

En août 1944, les résistants libèrent la vallée et l’ouvrage mais n’ayant pas reçu des renforts alliés, ils ne peuvent pas progresser, les ouvrages de Roche-la-Croix et de Saint-Ours restent aux mains des Allemands qui verrouillent la frontière. L’hiver 1944-45, les Alliées occupent l’ensemble fortifié dans des conditions difficiles pour maintenir l’ennemi sur leurs positions.

Après les combats, un détachement de tirailleurs Algériens et Marocains occupera les lieux. Puis, le fort servira de dépôt de munitions jusqu’en 1987, date à laquelle il est vendu à la communauté de communes de la Condamine.

Aujourd’hui, le fort est visitable, plus de renseignements sur ce lien.

https://www.ubaye.com/apres-ski/partimoine-fortifie/le-fort-de-tournoux.html

Une casemate du casernement. ©VAUBOURG Julie

Vue sur l’entrée du fort depuis le chemin d’accès du fort moyen. © VAUBOURG Julie

Le casernement du fort. Cliché VAUBOURG Cédric

L’entrée du fort supérieur. Cliché VAUBOURG Cédric

L’accès au fort derrière la grille défensive.

Cliché VAUBOURG Julie

La grille défensive derrière le pont à effacement latéral.

Cliché VAUBOURG Julie

L’accès au fort.

Cliché VAUBOURG Julie

Vue sur la grille défensive derrière l’entrée. Cliché VAUBOURG Julie

Détail de la grille défensive

Cliché VAUBOURG Julie

Détail du pont à effacement latéral. Cliché VAUBOURG Julie

Le corps de grade où se retire le pont à effacement latéral.

Cliché VAUBOURG Cédric

Rectangle à coins arrondis: Suite des photos

www.fortiffsere.fr VAUBOURG Cédric et Julie © COPYRIGHT Mentions légales

La galerie de liaison avec la batterie des Caurres.

Cliché VAUBOURG Julie

La galerie de défense derrière l’entrée. Cliché VAUBOURG Cédric

Un passage couvert

Cliché VAUBOURG Julie

La façade du casernement du fort. Cliché VAUBOURG Julie

La galerie d’accès au mécanisme du pont à effacement latéral. Cliché VAUBOURG Julie

La galerie de défense derrière l’entrée. Cliché VAUBOURG Julie

Une casemate d’artillerie dans la galerie de liaison avec la batterie des Caurres. Cliché VAUBOURG  Cédric

La galerie de liaison avec la batterie des Caurres.

Cliché VAUBOURG Julie

Le casernement du fort dans les années 50. Tous droits réservés

Dates de construction

 

Effectif prévu  en 1914

· 1852-1860

 

· 6 officiers

· 135 hommes

· 1 infirmerie

Locaux à l’épreuve en 1914

Capacité du magasin à poudre

Capacité du magasin aux cartouches

 

 

· aucun

· Pas de magasin à poudre

· Pas de magasin à munitions

Boulangerie

Cuisine

Puits et citernes

 

Pont de l’entrée principale

· Pas de boulangerie, le pain provient du fort Moyen

· 1 à 2 cuisinières de marque François Vaillant

· 1 citerne de 80 m³ alimentée manuellement par une source sur la route du Vallon Claus.

· 1 pont levis ancien modèle placé dans la rampe d’accès reliant le fort Moyen et un pont roulant à effacement latéral pour l’entrée  principale.

Télégraphie optique

Télégraphie électrique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eclairage en 1914

· Pas de communication

· Le fort Supérieur et le fort inférieur assurent le central téléphonique et télégraphique de la place, en reliant presque tous les ouvrages de la place forte. Il permettait aussi de communiquer avec Mont-Dauphin, la place de Saint Vincent les forts, les ouvrages du Col de la Bonnette et de Restefond, les avant postes du Maurin et de Fouillouse, le Col de l’Arche et les communes de Jausier, de Barcelonnette et de Saint-Paul. Le central pouvait communiquer grâce à des transmetteurs Ader et des boites de forteresse.

·  Le fort Moyen, le fort Supérieur et le tunnel de liaison avec la batterie des Caurres sont éclairés grâce à 158 lampes, chandeliers et lanternes à pétrole ou à bougie. Il n’y a pas d’éclairage pour les abords des ouvrages

 

1881

1884

1890

Pièces de rempart

du fort

4 canons de 12 de campagne

4 canons de 95

Cuirassements et casemates

 

Défense des fossés

Pas de pièce de flanquement, il n’y a pas de fossés.

Les abords de l’ouvrage sont défendus aux fusils

Nb de pièces

2

2

9

Effectif prévu de la répartition de la garnison de guerre dans le secteur du fort supérieur en 1914 d’après l’instruction du 30 juillet 1909

 

· Etat Major de l’artillerie: 4 officiers, 6 hommes et 5 chevaux

· Infanterie : 1 officier et 31 soldats du 111ème  régiment d’infanterie du 3ème Bataillon Territorial de Chasseurs à pied

· Artillerie : 1 officier et 53 soldats du 11ème régiment d’artillerie à pied

· Génie  et services divers : 40 auxiliaires de places fortes

· Auxiliaires et commis des services administratifs: Aucun

 

Soit un effectif de 6 officiers, 130 hommes et 5 chevaux

Effectif du fort supérieur à la mobilisation en 1914 à la première heure

 

· Infanterie : 1 officier et 35 soldats du 9ème d’Infanterie

· Artillerie: Aucun

· Génie  et services divers : 12 COA et 20 infirmiers

 

Soit un effectif de 1 officier et 67 hommes.

Etat du fort pendant la première guerre mondiale

 

· Août 1914, malgré les projets de modernisation, le casernement du fort supérieur n’aura pas le temps d’être amélioré à cause de la déclaration de guerre et du changement de camp de l’Italie qui s’alliera avec la Triple Entente en mai 1915.

· Fin 1915, désarmement progressif du fort suite au décret du 5 août pour envoyer les pièces d’artillerie et les munitions sur le front.

· En 1916, le fort supérieur est complètement désarmé.

· 1915 -1916, le fort est utilisé par les Serbes comme centre d’instruction au combat.

· 1916 -1917, le fort est utilisé comme prison pour les allemands.

1930-1939, pendant l’entre deux guerres, les nouvelles tensions internationales feront que cet ouvrage est maintenu en état pour héberger les troupes du secteur.

 

Armement du fort entre 1935 et 1940

 

Le fort est complètement désarmé